Les Invincibles, 10 ans plus tard

Pierre-François Legendre (à l'arrière), Patrice Robitaille, François Létourneau... (Olivier Croteau)

Agrandir

Pierre-François Legendre (à l'arrière), Patrice Robitaille, François Létourneau et Rémi-Pierre Paquin sont retournés, le temps d'une après-midi, dans leur personnages des Invincibles.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les acteurs et auteurs des Invincibles ont fêté le dixième anniversaire de la série culte québécoise samedi au ShawiCon de Shawinigan. Un endroit tout dédié pour un projet qui est né en partie en Mauricie.

Carlos Fréchette ne portait peut-être pas son chandail des Diablos du Cégep de Trois-Rivières, et Steve Chouinard ne jouait plus avec ses figurines à Louiseville, mais la complicité était toujours au rendez-vous entre les acteurs qui ont joué ces personnages, et ceux de Rémi Durocher et Pierre-Antoine Robitaille.

C'est en effet dans la région que la série a en quelque sorte pris son envol, puisque le coauteur et réalisateur Jean-François Rivard a révélé qu'il avait écrit plusieurs portions du texte à son chalet de Saint-Mathieu-du-Parc, de là les références à la Mauricie.

La conférence d'une durée de deux heures avec François Létourneau (Pierre-Antoine), Patrice Robitaille (Steve), Pierre-François Legendre (Carlos) et Rémi-Pierre Paquin (Rémi) était à ce point drôle qu'elle a pris l'allure d'une quatrième saison des Invincibles. Les acteurs n'ont pas caché qu'ils avaient oublié plusieurs extraits des émissions, si bien que les séquences présentées sur écran géant les faisaient rire autant que le public réuni à l'Auberge Gouverneur. La chimie opère encore, il ne manquait que Lyne «la pas fine».

«J'ai réécouté les extraits avec mon fils de huit ans et il y a tellement d'affaires que j'ai oubliées. Ce qui me saute au yeux, c'est que ç'a bien vieilli, même si nos vêtements et nos cellulaires ont changé. La série a récemment été sur Netflix et je constate qu'il y a une toute nouvelle génération qui a vraiment embarqué. C'est plaisant que la série ait encore une vie», soulignait François Létourneau, qui était aussi coauteur des Invincibles.

Diffusée à Radio-Canada, l'émission n'avait pas nécessairement connu un succès au niveau des cotes d'écoute lors des deux premières saisons, avant de grimper vers les sommets lors de la troisième année. Mais comme toute série culte, elle comptait son lot d'amateurs invétérés.

«On a rencontré une dizaine de personnes au Trou du diable et il y a quatre gars qui connaissaient 80 % des répliques. Je m'en fais parler très souvent. C'est le fun que ç'a ait eu une telle résonance dans la population», note Rémi-Pierre Paquin, qui a été le premier à suggérer que la réunion de ces «quatre sympathiques perdants» se fasse au ShawiCon.

«Je trouve qu'on a arrêté au bon moment, au plus fort de la vague. Les gens en auraient voulu encore. Le souvenir magnifie la série», ajoute François Létourneau.

Une ouverture pour Série noire

Le succès connu par Les Invincibles se fait non seulement encore sentir chez les convertis, mais aussi au petit écran, puisque l'émission Série noire, coécrite de nouveau par Létourneau et Rivard, est assurément sa petite soeur.

«Le succès des Invincibles nous a permis de faire Série noire. On a pu le faire avec beaucoup de liberté, parce que Les Invincibles ont marché», conclut l'interprète de P-A.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer