Le Salon du livre: une occasion de réseautage

Les premiers détails concernant la tenue du 28e... (Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Les premiers détails concernant la tenue du 28e Salon du livre de Trois-Rivières, du 17 au 20 mars, ont été dévoilés en présence de Stella Montreuil, présidente du conseil d'administration, Robert Lalonde, président d'honneur, et Julie Brosseau, directrice générale.

Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le 28e Salon du livre de Trois-Rivières animera le Centre des congrès de l'Hôtel Delta du 17 au 20 mars, inspiré du slogan Prendre racine.

En guise de mise-en-bouche, pour attiser l'appétit des amateurs, la direction du salon a dévoilé mardi l'identité des quatre invités d'honneur qui parfumeront la programmation du jeudi au dimanche, soit Sampar, Louise Tremblay d'Essiambre, Stéphane Dompierre et Florence K.

La présidence d'honneur a été confiée au comédien et auteur Robert Lalonde, visiblement un excellent ambassadeur de l'image de la prise de racine choisie comme thème de cette année.

Diplômé du Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Robert Lalonde s'est fait connaître comme professeur, acteur sur les planches et à l'écran, et auteur d'adaptations de textes pour le théâtre. Il a aussi signé plusieurs romans, nouvelles et carnets. Sa plus récente création, le roman Le petit voleur, paraîtra le 8 mars.

M. Lalonde voit dans un rendez-vous comme le salon du livre une occasion de contact, de communication, de réseautage à divers niveaux. «Des racines, ça va partout. Réseauter les auteurs entre eux, les auteurs avec les lecteurs, les gens qui s'intéressent au livre dans les médias et ailleurs, m'apparaît extrêmement important en ce moment, parce qu'on est dans une époque de discours de spécialistes. On fait une espèce de consensus autour de livres qui vont fonctionner, et puis les autres sont un peu ignorés», soutient-il. 

«Les gens qui lisent et les gens qui écrivent ne sont pas dans ce discours-là. En général, des salons comme celui de Trois-Rivières, surtout les salons en région, favorisent encore plus ça. Il y a des familles qui se forment, des titres de livres qui s'échangent, parallèlement au commerce florissant en général qui se fait. Il y a une réelle rencontre entre les gens que le livre concerne au premier plan. Moi je suis là pour ça, c'est ma vie, c'est mon intérêt, et l'idée de prendre racine pour moi est une affaire absolument infinie», ajoute-t-il.

Après avoir publié les romans Que vais-je devenir jusqu'à ce que je meure? en 1995 et C'est le coeur qui meurt en dernier en 2013, Robert Lalonde a repris la plume pour pondre Le petit voleur, qui explore la relation entre un mentor et celui qui cherche à l'émuler. 

L'histoire qui se déroule à la fin du XIXe siècle met en scène l'écrivain russe Anton Tchékhov, qu'un apprenti-écrivain cherche à rencontrer. Le lien entre maître et disciple, et la part de ce qui est transmis, reçu, donné ou volé dans cette relation, sont au coeur de la réflexion.

L'invité d'honneur du jeudi, Sampar est un illustrateur, bédéiste et auteur né à Victoriaville sous le nom de Samuel Parent. Après avoir collaboré à la revue Safarir et élaboré avec Alain M. Bergeron des projets comme la collection Savais-tu?Billy Stuart et Capitaine Static, Sampar a lancé sa première BD, Guiby, en solo en 2013. 

Le lendemain, c'est la prolifique auteure Louise Tremblay d'Essiambre qui fera figure d'invitée d'honneur. Mère de neuf enfants, Mme Tremblay d'Essiambre a publié pas moins de 38 romans, dont les sagas Les héritiers du fleuveMémoires d'un quartier et Les années du silence. Son plus récent roman est le premier tome d'une nouvelle série, L'amour au temps d'une guerre.

Le chroniqueur, scénariste et auteur à la production éclectique Stéphane Dompierre sera l'invité d'honneur du samedi. Il a clos cet automne son cycle sur les tribulations amoureuses du «mâle» québécois contemporain avec Tromper Martine

La dernière journée du salon, le dimanche 20 mars, mettra en valeur Florence K. La musicienne qui a grandi en suivant sa mère Natalie Choquette un peu partout autour du monde raconte dans Buena Vida un pan de sa vie qu'elle surnomme l'«abysse». Elle y évoque sa renaissance après la traversée du désert qui a terni les bonheurs que la vingtaine avait mis sur son chemin.

Enfin, notons que le 28e salon du livre de Trois-Rivières a invité Bryan Perro à tenir le rôle d'écrivain en résidence. L'auteur mauricien devra écrire un texte inédit à chaque jour du salon. Ces textes seront lus pendant l'événement et publiés sur le site internet du salon (www.sltr.qc.ca).

Le coût d'entrée au salon est maintenu à 3 $ et les jeunes de 12 ans et moins sont accueillis gratuitement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer