De l'aide pour les créateurs

Jacob Brindamour, marionnettiste, cofondateur et directeur de la... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jacob Brindamour, marionnettiste, cofondateur et directeur de la compagnie Les Sages fous, et Éric Lord, directeur général de Culture Mauricie, entourent Anne-Marie Jean, présidente-directrice générale du Conseil des arts et des lettres du Québec.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On le répète souvent, le financement de la production culturelle est un des enjeux auxquels les créateurs sont confrontés dans le développement et la diffusion de leur art. Toute aide est bienvenue.

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a annoncé mercredi à Trois-Rivières le déploiement de son nouveau programme de partenariat territorial, dans lequel il partagera le financement d'initiatives avec les acteurs locaux.

Le CALQ prévoit injecter 2,2 millions $ dans les régions du Québec en 2016-2017 pour soutenir des projets en partenariat avec le milieu. 

«Chaque dollar investi par une communauté sera apparié par le CALQ», résume la présidente-directrice générale du Conseil, Anne-Marie Jean, qui rappelle que le CALQ avait signé la première entente régionale de son histoire avec la Mauricie en 2001.

En 15 ans, 24,2 millions $ ont été injectés au Québec conjointement par le CALQ et les partenaires pour la concrétisation de 2031 projets d'artistes, d'écrivains ou d'organismes. En Mauricie pendant cette période, plus de 2 millions $ ont permis le financement, avec les partenaires, de 194 projets. 

«Après 15 ans, avec les changements notables dans la gouvernance régionale et une vaste consultation qui a mis en évidence l'importance de miser sur les notions d'occupation du territoire et la circulation des oeuvres et des créateurs, le CALQ devait faire évoluer l'entente territoriale et simplifier ses modes de gestion», explique Mme Jean.

Le nouveau programme a été conçu dans l'optique d'alléger les processus et de répondre à des préoccupations exprimées dans la consultation. 

Par exemple, les organismes pourront désormais demander un soutien pour des projets de coproduction ou d'accueil d'artistes en résidence.

Le programme comprend aussi un volet inédit visant à encourager la mobilité des artistes et des créations. La circulation, les échanges, la promotion et le rayonnement des projets à l'intérieur d'une région ou sur différents territoires seront favorisés. 

«C'est un programme très souple, très flexible, qui s'adapte bien aux réalités régionales», assure Mme Jean, qui invite les MRC, les villes, les autres organisations publiques et parapubliques ainsi que les entreprises et gens d'affaires à se joindre aux ententes de partenariat.

Les Sages Fous disent merci

Jacob Brindamour, cofondateur et directeur des Sages fous, a témoigné mercredi de l'importance de l'aide du CALQ dans l'essor de sa compagnie spécialisée dans le théâtre de marionnettes et d'objets, et le théâtre insolite. Depuis 2001, les Sages Fous ont présenté leurs spectacles dans plus de 25 pays sur quatre continents. 

«Depuis 2003, nous recevons les subventions du CALQ au niveau national pour la recherche, la création et nos tournées au Québec et à l'international», énumère M. Brindamour. 

«En 2008 nous avons accédé au prestigieux programme de fonctionnement du CALQ. L'appui du CALQ a été absolument déterminant pour nous. Sans lui, il nous aurait été impossible de créer les oeuvres dont nous rêvions et de les présenter dans le monde», ajoute celui qui considère aussi important de diffuser partout les créations nées à Trois-Rivières, que de partager ici ce qui a été acquis de l'international. 

Le Programme pour les arts et les lettres de la Mauricie, auquel les Sages Fous ont aussi eu accès, a rendu possible la création à Trois-Rivières du Micro-festival de marionnettes inachevées. 

«Cet événement international en sera à sa 10e édition en juin. C'est un festival qui encourage la création de nouvelles formes en marionnettes et en théâtre d'objets, en confrontant avec le public des oeuvres encore en chantier. Pour le prochain festival, on a reçu plus de 80 propositions venant de 11 pays», précise-t-il.

Les saisons du Théâtre insolite, en collaboration avec la Corporation de développement culturel de Trois-Rivières, ont aussi bénéficié du financement du CALQ. «Maintenant, nous espérons mettre sur pied un projet de mise en valeur du Centre d'art des Récollets-St. James. Nous aimerions développer un pôle de création en théâtre insolite», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer