Le magasin général de Sainte-Thècle renaîtra

Roxanne Monfette et Olivier Myre devant l'ancien magasin... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Roxanne Monfette et Olivier Myre devant l'ancien magasin général de Sainte-Thècle.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sainte-Thècle) Fermé depuis près de deux décennies, le magasin général de Sainte-Thècle revivra.

Le couple d'entrepreneurs désire conserver le cachet intérieur... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le couple d'entrepreneurs désire conserver le cachet intérieur du magasin général.

François Gervais, Le Nouvelliste

Acheté par un jeune couple qui a choisi cette municipalité de la MRC de Mékinac pour s'établir et mener des affaires, ce bâtiment est cajolé et réparé depuis des mois afin que naisse le café-boutique Aux cinq soeurs.

Ce nom est très évocateur pour les citoyens de Sainte-Thècle. Il rappelle les origines du magasin général et ceux qui l'ont tenu durant près d'un siècle. Fondé en 1885 par David Leblanc, ce magasin général était, après l'église, le lieu de rencontre des résidents de Sainte-Thècle. On y trouvait de tout, même une caisse populaire Desjardins.

Toujours très impliqués dans le commerce, certains enfants de M. Leblanc et de sa conjointe Hénédine Lafrance, dont cinq filles, ont par la suite pris la relève. C'est donc avec la volonté d'honorer les racines du magasin général que Roxanne Monfette et Olivier Myre, les deux entrepreneurs derrière le projet de café-boutique, ont choisi le nom Aux cinq soeurs.

L'aventure du jeune couple entrepreneur a débuté dans les premiers mois de l'année 2015, alors qu'ils surfaient un peu nonchalamment sur les sites Internet d'achat de maisons. Ils ne se doutaient pas alors que le béguin pour l'une d'elles allait être à l'origine d'un projet d'affaires.

Natifs de Trois-Rivières et de Salaberry-de-Valleyfield, Roxanne Monfette et Olivier Myre sont tombés en amour avec une maison de la rue Masson à Sainte-Thècle. Cette jolie demeure centenaire aux allures de petit château avec sa tourelle a séduit le couple.

«Nous sommes tombés en amour avec la maison et nous avons ensuite fait une demande de financement. Nous ne savions pas si ça allait marcher, mais finalement, nous l'avons eu», se souvient Olivier Myre.

Cette maison qu'ils venaient d'acheter était pour le moins singulière. Un ancien magasin général y était rattaché ainsi que tout son contenu. Roxanne Monfette et Olivier Myre se sont alors retrouvés avec un inventaire de produits très hétéroclites de même que du mobilier commercial datant des débuts du siècle dernier.

«Nous avons fait une très grosse vente de garage l'été dernier qui a attiré entre 300 et 400 personnes de l'extérieur. Le magasin général était plein à craquer. Nous avions de la misère à mettre un pied devant l'autre, littéralement», souligne Olivier Myre.

«Par la suite, on s'est demandé ce qu'on allait faire du magasin. Nous sommes tous les deux des amateurs d'antiquités et de vintage. On voulait faire revivre le magasin général, mais on ne savait pas comment.»

C'est alors que l'idée d'ouvrir un café-boutique, un modèle commercial unique à Sainte-Thècle, a germé dans les esprits de ces jeunes diplômés en enseignement et en administration qui peinaient à se trouver des emplois dans leur domaine.

«Nous avons déjà le décor et les gros comptoirs en bois. Un café va réunir la population dans l'ancien magasin général», précise l'instigateur du projet. «On ne pouvait toutefois pas juste faire un café.»

Voilà pourquoi le couple jumellera à son café une boutique d'artisans où il sera possible de trouver des produits de toutes gammes et tous les horizons fabriqués au Québec.

«Ça vaut la peine de faire valoir nos artisans québécois», précise Olivier Myre.

Inutilisé depuis près de deux décennies, le magasin général a besoin de beaucoup d'amour avant de pouvoir ouvrir à la date prévue, soit le 30 juin. Heureusement, Olivier Myre est habile de ses deux mains, ce qui permet d'effectuer des travaux à moindres coûts.

Parallèlement, le couple s'affaire à composer le décor de leur futur café-boutique. On souhaite bien sûr conserver le cachet des lieux et ne pas oublier les origines de l'établissement commercial. Plusieurs objets anciens de même que le mobilier permettront certainement aux clients de faire un saut dans le passé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer