Une signature hivernale en émergence

Bryan Perro, directeur général de Culture Shawinigan, Nino... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Bryan Perro, directeur général de Culture Shawinigan, Nino Mancuso, président et organisateur du Shawicon, et Josette Allard-Gignac, présidente de Culture Shawinigan, proposent plusieurs nouveautés pour la deuxième édition du Festival interglacial de la BD et des univers givrés.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Il ne s'agit d'un secret pour personne, Shawinigan s'ennuie de l'univers éclaté que procurait son rendez-vous estival du théâtre de rue, abandonné dans la controverse après l'édition de 2007. Le Festival interglacial de la BD et des univers givrés peut-il aspirer à ce caractère distinctif qui braquerait les projecteurs sur le centre-ville ?

Mardi matin, lors du dévoilement de la programmation de cette deuxième édition qui se déroulera du 3 au 14 février, Bryan Perro en semblait convaincu.

«L'intention est de créer une activité hors norme», explique le directeur général de Culture Shawinigan. «Nous voulons attirer les gens et offrir autre chose que ce que les autres festivals d'hiver offrent. Que peut-on faire de différent, à notre mesure? Pour nous et pour tranquillement attirer les autres chez nous?»

«Dans le temps du théâtre de rue, on visitait la ville et il y avait des trucs étranges un peu partout», ajoute M. Perro. «C'est ce qu'on aimait! C'était porteur dans le temps et ça l'est encore aujourd'hui. Il faut renouveler les activités touristiques et culturelles. Il faut offrir autre chose aux gens, réfléchir à ça.»

Pour aspirer à cette reconnaissance, le festival a invité Richard Purdy à produire une oeuvre lumineuse extérieure à la Place du marché, Gel-Eau. Il s'agit du même artiste, qui avait monté l'exposition «L'écho-l'eau» à Espace Shawinigan en 2010 et 2011. L'oeuvre sera dévoilée le 6 février, à 17 h.

«Tous les soirs, pendant deux semaines, elle sera accessible», note M. Perro. «Je pense que c'est un axe intéressant, d'offrir un coin de la ville à un artiste visuel, qui travaille la glace, la lumière.»

Pour le volet extérieur, cet élément remplacera l'espèce de salon du livre qui, l'an dernier, avait refroidi les ambitions des organisateurs et des visiteurs en raison du temps polaire qui s'était installé durant l'événement.

«Quand on fait des activités dehors, ça prend quelque chose pour que les gens viennent voir, où ils ne sont pas statiques», observe M. Perro. Évidemment, de nombreux auteurs se déplaceront à la Place du marché pour animer le premier volet de ce festival, les 6 et 7 février. 

La grande nouveauté de cette deuxième édition porte sur l'ajout du Shawicon, les 13 et 14 février à l'Auberge Gouverneur. Plusieurs artistes seront alors présents pour rencontrer le public. Un concours de costumes, des conférences, des séances d'autographes et de photos sont aussi prévus, à travers de nombreux personnages et une quarantaine de kiosques.

Ce Shawicon servira également de prétexte à la réunion des principaux acteurs de la populaire télésérie  Les Invincibles, qui fête son dixième anniversaire cette année. Rémi-Pierre Paquin a d'ailleurs accepté la présidence d'honneur de ce volet... un autre clin d'oeil au Festival de théâtre de rue auquel il était associé.

L'organisation du Shawicon a été confiée à Nino Mancuso, qui avait approché Culture Shawinigan l'an dernier pour suggérer cet événement. M. Perro a rapidement fait le lien avec son nouveau festival, qui touche pratiquement les mêmes univers de culture populaire et de bande dessinée. 

«Chez nous, les acteurs et les comédiens ne sont pas habitués à signer des autographes, à rencontrer les gens», fait remarquer  M. Mancuso. «On veut amener quelque chose que les Américains font depuis des années.»

Une vingtaine d'activités sont prévues tout au long de cette deuxième édition, dont une formation en scénarisation de BD offerte par Marc Tessier, le 10 février. 

Comme l'an dernier, le festival inclura également une cinquantaine d'ateliers offerts par des bédéistes dans les écoles de la région, permettant à environ 2000 jeunes d'entrer en contact avec le neuvième art.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer