La force tranquille derrière la star

Céline Dion sur les plaines d'Abraham, le 27... (Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil)

Agrandir

Céline Dion sur les plaines d'Abraham, le 27 juillet 2013

Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le directeur général du Festival d'été de Québec, Daniel Gélinas et le PDG de QuébéComm, Sylvain Parent-Bédard, se souviendront de René Angélil comme de la force tranquille derrière les plus grands triomphes de Céline Dion sur les plaines d'Abraham.

«René ne serait jamais arrivé à faire de Céline ce qu'elle est aujourd'hui sans avoir été un imprésario efficace qui savait ce qu'il voulait», lance Daniel Gélinas, qui a travaillé avec le regretté gérant au casting et à la production du spectacle de Céline à l'occasion du 400e anniversaire de Québec.

Il ajoute qu'il y avait un peu de Walt Disney dans cette histoire de l'imprésario qui propulse une jeune chanteuse issue d'une famille nombreuse et modeste vers une carrière internationale et devient son mari.

«Car il était l'imprésario, mais aussi le conjoint. Ça le rendait doublement protecteur, car il voulait être certain que son artiste soit protégée de tout ce qui pourrait interférer dans sa carrière. Ça pouvait l'amener, par exemple, à faire pression sur des revues quand il n'aimait pas ce qu'elles disaient de Céline», se souvient-il.

Famille et équipe

Sylvain Parent-Bédard abonde dans le même sens, rappelant à quel point il était important pour René, en 2013, d'assister au spectacle Céline... une seule fois avec sa famille à travers la foule, en plein centre de la scène. «C'était un homme de famille et leur amour, à lui et Céline, était sincère et s'accompagnait d'un immense respect. C'est quelque chose qu'on ne peut voir que très rarement», se souvient-il.

Parent-Bédard garde aussi le souvenir d'un homme qui n'a jamais oublié ses racines et qui connaissait l'importance de la loyauté envers l'équipe avec laquelle il travaillait dans les bons comme dans les moins bons moments. 

«Il était très simple, il aimait son pain à la viande chez Pat Rétro et il en commandait pour toute l'équipe quand il nous invitait. Quand je lui ai présenté ma mère et la mère de mes enfants, elles n'étaient pas des numéros pour lui, il a pris le temps d'échanger avec elles.»

Une vision

Tant Gélinas que Parent-Bédard faisaient l'éloge du flair et de l'intelligence de l'imprésario. «Il avait une vision. Il a été capable de voir en Céline ce qu'elle pourrait accomplir à long terme. Il a su prendre les bonnes décisions, notamment en sortant Céline du marché pour le passage de sa jeunesse jusqu'à son retour en tant que femme. Moi, je l'ai connu en 2008 alors qu'il était au sommet et que je n'étais qu'un néophyte. Je ne pouvais que boire ses paroles», indique Daniel Gélinas.

«J'ai travaillé avec plusieurs au Québec et à l'international, et René était vraiment le plus grand. C'était un parrain pour la culture québécoise et j'ai appris beaucoup de lui. Il était calme et ne t'imposait jamais quelque chose. Il t'enseignait toujours le pourquoi de ses décisions», conclut Sylvain Parent-Bédard.

Un ami du 400e et de l'amphithéâtre

ené Angélil est un «grand bâtisseur de l'industrie culturelle québécoise» à qui l'on doit l'un des importants spectacles du 400e et les premiers pas de la venue d'AEG comme partenaire de l'amphithéâtre, a commenté le maire de Québec, Régis Labeaume.

«Le décès de René Angélil nous attriste et constitue une grande perte pour l'ensemble du Québec», a dit M. Labeaume au nom des membres du conseil municipal et du personnel de la Ville dans un communiqué. «Il a toujours été près de Québec.»

M. Labeaume relate tout particulièrement l'appui «sans réserve» donné par le mari et gérant de Céline Dion à la tenue du spectacle de la diva sur les plaines d'Abraham pour le 400e anniversaire de Québec en 2008 qui a attiré 250 000 personnes.

René Angélil a aussi été «l'artisan de la première rencontre avec AEG, maintenant partenaire dans l'exploitation du Centre Vidéotron», a commenté le maire par communiqué.

La rencontre a eu lieu en 2011 lors du passage du maire Labeaume à Las Vegas avec Pierre Karl Péladeau qui était alors pdg de Québecor, gestionnaire de l'amphithéâtre.

Les trois hommes étaient assis à la même table que des responsables de AEG. L'entreprise californienne du divertissement est officiellement devenue en avril un partenaire de Québecor dans la gestion et la venue d'événements au Centre Vidéotron.  

«La Ville de Québec offre ses plus sincères condoléances à Mme Céline Dion, à la famille et aux proches de M. René Angélil», conclut le communiqué du maire Labeaume. Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer