Assistance moindre pour le Grand Noël Choral

C'est dans le décor toujours spectaculaire et grandiose... (Stéphane Lessard)

Agrandir

C'est dans le décor toujours spectaculaire et grandiose de l'église Sainte-Cécile que les neuf choeurs invités ont évolué mercredi soir dans le cadre du Grand Noël Choral.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La cinquième édition du Grand Noël Choral n'aura pas complètement été la fête espérée. Après avoir fait salle comble ou à peu près, lors des quatre premières éditions, l'événement n'a attiré qu'environ 350 personnes mercredi soir à l'église Sainte-Cécile, une baisse soudaine d'environ 200 personnes en comparaison avec les premières éditions.

Toujours fidèle à ce rendez-vous annuel, le choeur... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Toujours fidèle à ce rendez-vous annuel, le choeur des Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap sous la direction de Claire Bisaillon a été le premier à s'exécuter au Grand Noël choral qui avait lieu mercredi soir.

Stéphane Lessard

Est-ce le fait d'une morosité économique plus profondément ancrée qu'on pourrait le croire? Le bête manque de neige et d'esprit des Fêtes? Une lassitude du public devant les nombreuses sollicitations en cette période de l'année? Ou alors, se pourrait-il que la formule s'essouffle?

Quoi qu'il en soit, le conseil d'administration de la Corporation Spect-Arts se penchera sur la question dans les prochaines semaines pour tenter de comprendre cette baisse du nombre de spectateurs.

L'événement lui-même n'apparaît pas du tout menacé. Comme c'est un événement bénéfice, la somme d'argent amassée par la corporation pour aider à financer ses activités sera simplement moindre que par les années antérieures.

On parle d'un revenu d'environ 10 000 $, ce qui demeure significatif pour une entité qui fonctionne avec un budget annuel se situant autour de 120 000 $. N'empêche, le conseil d'administration se penchera peut-être sur la pertinence d'organiser un autre événement bénéfice à un autre moment au cours de l'année.

Ces considérations n'enlève rien à la qualité de l'événement annuel. Seulement, on a pu constater qu'il manquait mercredi soir une certaine magie qui avait caractérisé les éditions antérieures. On ne peut blâmer les choeurs participants. Choeurs qui sont d'ailleurs de plus en plus nombreux à vouloir participer au Grand Noël Choral. Sur les neuf qui étaient présents, deux en étaient à leur première expérience: La Clé des Champs, de Nicolet et Voxart.

Nouvelles chorales veut dire nouveaux sons, une autre attitude qui vient enrichir la tradition. Personne n'avait encore exploité les Noëls américains des années 50 comme Voxart l'a fait dans son style cabaret qui a réjoui le public. La Clé des champs a aussi apporté une touche originale, délicate et sympathique.

Par ailleurs, les habitués ont, une fois de plus, offert une intéressante variété dans le choix du répertoire. L'Introït du Requiem de Mozart interprété par le choeur de l'OSTR ou l'extrait de la Messe du couronnement, du même compositeur, présenté par le Choeur du Roy ont opposé un contraste intéressant aux chants de Noël traditionnels de la formation vocale Allez Chante de Sainte-Anne-de-la-Pérade ou aux réjouissantes envolées jazz de Zone Jazz. Les petits chanteurs de la Maîtrise du Cap, l'Ensemble vocal de l'UQTR et les Pauvres de Saint-François ont complété la liste des participants à ce Grand Noël Choral 2015.

Peu importe la réponse du public, la formule demeure éminemment sympathique et ne manque pas de nouvelles avenues à explorer. «La demande est toujours là, affirmait Raymond Perrin, directeur artistique de l'événement depuis les débuts. On est rendu à faire une rotation avec des choeurs qui passent leur tour pour laisser la place à de nouveaux. Même si elles sont très sollicités à ce temps-ci de l'année, les chorales veulent participer à notre événement. Il y en a même qui se sont inscrites trop tard et à qui on a dû refuser une place pour cette année mais on les met en priorité pour l'an prochain.»

«C'est sûr que c'est un peu dommage que le public ait été moins nombreux mais il faut dire qu'on ne peut plus compter sur l'attrait de la surprise et de la nouveauté et qu'on n'a pas été très présents dans les médias pour annoncer l'événement. On a senti dès le début que les ventes n'étaient pas aussi bonnes que l'an dernier et je pense que le public se demandait même si l'événement avait lieu cette année. Souhaitons que ce ne soit qu'une édition un peu plus difficile dans le parcours et que ça retrouve sa popularité l'an prochain. J'ai toutes les raisons de croire que ce n'est que ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer