Mazza: féministe, corrosive et assumée

Mariana Mazza présentera son spectacle à la salle... (La Presse)

Agrandir

Mariana Mazza présentera son spectacle à la salle Anaïs-Allard-Rousseau de Trois-Rivières à six reprises l'été prochain.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le portrait de l'été 2016 dans les salles de spectacles du centre-ville trifluvien se dessine petit à petit. On sait que la jeune humoriste Mariana Mazza occupera la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture pour six soirs les 29 et 30 juillet de même que les 5, 6, 12 et 13 août prochains.

Cette humoriste au tempérament impétueux n'a pas mis de temps à se faire un nom à travers des participations au Festival Juste pour rire où elle a mérité un trophée Révélation, des premières parties de spectacles de Peter McLeod ou Messmer mais surtout une tournée en compagnie de Virginie Fortin en tant que Mazza/Fortin. Cette fois, c'est à un tout autre défi qu'elle s'attelle: son premier spectacle solo intitulé Femme ta gueule.

«J'ai environ 45 minutes du spectacle qui est déjà écrit et même rodé, raconte la jeune femme de 25 ans. Avec Michel Sigouin à la script-édition et Simon Delisle en plus de mon complice Thomas Levac, on est en pleine écriture des textes. Ils me donnent un coup de main, mais à 95 %, les textes sont de moi. Ce spectacle-là, ne met pas en scène un personnage, c'est moi.»

Mariana Mazza ne semble pas connaître le sens du mot subtilité. «Mon créneau d'humoriste, c'est moi, telle que je suis dans la vie, plaide-t-elle le plus simplement du monde. Quand j'ai compris comment me tenir sur une scène et comment gérer mon énergie, j'avais mes bases; il ne manquait que des textes. Ma façon de livrer mes blagues, c'est ma marque de commerce. Je n'ai aucun filtre sur scène pour raconter ma vie personnelle alors, il s'agit de choisir les bonnes anecdotes pour nourrir le spectacle.»

N'entendez pas par là que Femme ta gueule sera un fourre-tout sans queue ni tête. L'humoriste veut que ce florilège de «petits bijoux», ainsi qu'elle nomme les anecdotes qui composeront le spectacle, aient un sens, qu'ils soient justifiés par une réflexion. Ce qui est d'ores et déjà définitivement établis, c'est qu'elle parlera de sujets qu'on n'est pas sensé aborder sur scène. Surtout quand on est une femme et plus encore crûment comme elle aime le faire. 

«Le titre le dit: c'est un show à connotation féministe. J'hésite à dire le mot de peur que les gens pensent que je vais passer une heure et demie à dire des jokes de matante les poings sur les hanches mais c'est un contenu très engagé.

Je m'étais promis de ne pas parler de sexe pour ne pas être étiquetée mais c'est ça dont j'ai envie de parler, alors, je dois le faire. Je vais parler de sexe et de drogue, de masturbation, de mort, de racisme et d'alcoolisme et tous ces vices dont on n'a pas le droit de parler sur scène, surtout quand on est une fille parce qu'on se fait cataloguer immédiatement.»

«Il y a quelques années, je n'aurais pas pu dire ces choses-là parce que le public n'était pas rendu là; là, on y est. On peut les dire sans s'excuser. Il faut oser mais en étant convaincant, par exemple. J'ai un numéro sur la fellation et j'oserais dire qu'il est éducatif. Si je l'assume, si je le fais avec conviction et intelligence, les gens vont me suivre. Ceux qui ne supportent pas d'entendre parler de tels sujets sont mieux d'aller voir un autre humoriste qui ne dérange pas: il y en a plein.»

Intense et catégorique comme elle l'est, le public l'aime beaucoup ou la déteste. Elle n'a pas toujours bien vécu avec ça, mais comme elle ne peut changer de personnalité, aussi bien assumer. «Quand tu fais de l'art tu dois te commettre. Je déteste que des gens me haïssent, mais l'amour de ceux qui m'aiment est tellement plus élevé que ça compense amplement.»

Femme ta gueule sera un spectacle d'humour corrosif; on est averti. Ça se pourrait même que ce soit très drôle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer