Noëls d'antan à l'OSTR

L'accordéoniste trifluvien Steve Normandin a signé les arrangements... (Benjamin Samson)

Agrandir

L'accordéoniste trifluvien Steve Normandin a signé les arrangements de versions symphoniques de chansons de La Bolduc, qui seront interprétées samedi à 20 h à la salle Thompson.

Benjamin Samson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dès l'âge de sept ans, Steve Normandin chantait des airs de La Bolduc en s'accompagnant à l'accordéon «dans des marchés aux puces, des cabanes à sucres, des tentes où il y avait des fêtes...», énumère-t-il. Trois décennies plus tard, le musicien partagera la scène de la salle J.-Antonio-Thompson avec l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières pour interpréter des versions symphoniques de chansons de La Bolduc qu'il a lui-même arrangées.

On pourrait qualifier Steve Normandin de spécialiste de La Bolduc, née Mary Travers. En entrevue téléphonique, il raconte avec passion l'histoire de cette artiste qui a laissé sa marque dans la culture populaire québécoise avec ses chansons turlutées témoignant de la vie des années 1920-30 dans le contexte de la crise économique. Ses chansons Ça va venir, découragez-vous pas, J'ai un bouton sur la langue, La Bastringue, Le jour de l'An et Les agents d'assurances comptent parmi les titres qui lui sont associés.

«Ses chansons représentent la conscience sociale d'une mère de famille nombreuse, qui a connu la pauvreté et qui a eu recours à tout un système D pour s'en sortir. En son temps, c'était inhabituel pour une femme de faire ce métier d'artiste, et aussi d'exprimer ses opinions politiques et sociales», observe Steve Normandin en parlant de la femme née en 1894 en Gaspésie et décédée 46 ans plus tard à Montréal.

Mary Travers a épousé le plombier Édouard Bolduc en 1914. Elle a contribué au revenu familial comme couturière, et pour aider à traverser les périodes plus difficiles, elle recommença à jouer de l'harmonica, de l'accordéon et du violon dans les veillées de musiciens, ce qu'elle avait déjà fait dans sa jeunesse.

Elle enregistra un premier disque en 1929 et sa discographie totale en compterait plus de 45, réunissant près d'une centaine de titres dont plusieurs de sa composition.

Un peu comme La Bolduc, Steve Normandin a appris principalement par lui-même à jouer de l'harmonica et de l'accordéon. Il maîtrise aussi le piano et a joué de la clarinette à l'école secondaire. «Ma formation musicale a passé par les chemins de traverse», image-t-il. Steve Normandin, qui chante également, se définit comme «un interprète qui s'accompagne». Mais le musicien ne fait pas que s'accompagner lui-même. La liste des artistes avec lesquels il a collaboré comprend Raymond Lévesque, Clémence DesRochers, Marie Michèle Desrosiers, Isabelle Boulay et Robert Lepage.

Steve Normandin et le directeur artistique et chef de l'OSTR Jacques Lacombe se sont connus dans les années 1980, alors que le premier faisait partie des Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap, que le second dirigeait alors. Des années plus tard, Jacques Lacombe a entendu Steve Normandin chanter La Bolduc à une émission de radio, et les deux hommes se sont retrouvés à parler d'un projet de «symphonisation» de chansons de celle-ci.

La concrétisation de l'idée pourra être entendue ce samedi à 20 h, alors que Steve Normandin chantera une douzaine de titres de La Bolduc en s'accompagnant à l'harmonica ou à l'accordéon, le tout soutenu par les musiciens de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

«Mme Bolduc était une musicienne hors pair. Mais les arrangements de sa musique étaient plus rudimentaires», fait remarquer Steve Normandin, sans aucun jugement négatif. «En ayant un orchestre symphonique à portée de main, j'ai voulu relever le niveau, tout en respectant les chansons, sans les dénaturer. J'ai voulu faire quelque chose qui soit flamboyant, mais qui n'écrase pas les chansons», décrit-il.

La deuxième partie du concert Noëls d'antan mettra en vedette les Petits chanteurs de Trois-Rivières, préparés par leur directeur Luc Darveau, aussi trompettiste à l'OSTR. Les Petits chanteurs et l'OSTR interpréteront des classiques de Noël tels Venez, divin Messie!, Les anges dans nos campagnes et Adeste Fideles, entre autres.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer