Amphithéâtre: «une super belle semaine de vente»

L'Amphithéâtre Cogeco... (Andréanne Lemire)

Agrandir

L'Amphithéâtre Cogeco

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les marches seront nombreuses à monter pour atteindre le succès de l'été dernier à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. Exactement 64 000 marches, comme autant de spectateurs qui ont assisté à l'hommage à Beau Dommage présenté par le Cirque du Soleil. Cette année, la Corporation des événements de Trois-Rivières (CETR) compte bien gravir une à une la même quantité de marches, sinon davantage, afin de remplir l'Amphithéâtre à pleine capacité. Depuis cinq jours, les billets pour le deuxième spectacle du Cirque du Soleil s'envolent à un rythme satisfaisant pour la CETR. Précisément, 30 % de plus que l'an passé, à pareille date, ont trouvé preneur. En 2016, le monde sera-t-il aussi fou?

En décembre 2014, d'immenses grues trônaient encore au-dessus de l'Amphithéâtre Cogeco. Certains citoyens pensaient même que l'infrastructure culturelle de 50 millions $ et des poussières ne parviendrait pas à ouvrir ses portes à temps pour la première d'une série de vingt représentations exclusives du Cirque du Soleil. Si les billets pour l'hommage à Beau Dommage étaient, malgré les travaux, mis en vente, ces derniers cumulaient les acheteurs au ralenti. Cette année, fière du vent de réussite soufflé l'an passé à l'embouchure du Saint-Maurice, la CETR se réjouit déjà du nombre de billets écoulés pour sa production estivale, cette fois placée sous la lanterne du chanteur Robert Charlebois. Vingt représentations sont à nouveau au menu, présentées du 13 juillet au 13 août 2016.

Avec quelque 6100 places déjà monnayées, le directeur général de la CETR passera un très beau Noël. Si la tendance se maintient, le deuxième spectacle de la série hommage du Cirque du Soleil pourrait connaître un triomphe semblable à celui de son prédécesseur. Sans vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, Steve Dubé ne cache pas son enthousiasme, même si l'escalier qui s'étire devant lui est encore haut.

«On est vraiment content. C'est une super belle semaine de vente, car nous sommes en avance sur les ventes de l'année passée», mentionne-t-il. «C'est un excellent départ. C'est une deuxième année, il y a de plus en plus de gens qui connaissent l'Amphithéâtre, on a tellement eu de bons commentaires par rapport au spectacle de l'année dernière. D'autant plus qu'on a trouvé notre niche avec le Cirque du Soleil et l'hommage à un artiste québécois. Donc, on est vraiment content de la première semaine.»

Rappelons que les billets sont en vente à la billetterie de la salle J.-Antonio-Thompson, voire en ligne au www.amphitheatrecogeco.com, ou encore au bureau d'information touristique, et ce, entre 49 $ et 74 $ auxquels il faut ajouter les taxes et les frais de service.

Attirer les gens d'ici

Deuxième saison, donc. L'un des défis que devra vraisemblablement relever la CETR, c'est de séduire les Trifluviens et leurs voisins proches de la Mauricie et du Centre-du-Québec. En effet, l'an dernier, près des deux tiers des billets vendus s'étaient retrouvés entre les mains d'amateurs provenant de l'extérieur de la région, les Trifluviens boudant les sièges écarlates de l'Amphithéâtre. Une statistique que l'on compte bien renverser d'ici la fin de l'année à coup de renforts publicitaires ciblés, à court terme, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent.

«Présentement, notre campagne de commercialisation est uniquement en région. Nous commencerons au provincial après les Fêtes. Évidemment, l'annonce du nouveau spectacle a résonné à travers le Québec, mais notre campagne de promotion est uniquement en Mauricie. L'an passé, il y a des gens en Mauricie qui n'ont pas pu se procurer des billets parce qu'on était complet les dix dernières représentations, donc c'est le temps de s'acheter des billets», lance M. Dubé, qui n'exclut pas de placarder sa programmation au-delà des frontières canadiennes, peut-être en France où Robert Charlebois a connu et connaît encore un franc succès.

«On a un amphithéâtre de calibre international à l'intérieur d'une ville comme Trois-Rivières, alors évidemment on souhaite que les gens d'ici puissent profiter de cet équipement-là, avec la qualité de spectacle qui a été présenté l'année dernière. Maintenant, c'est au gens à décider si ça les intéresse ou pas», formule M. Dubé.

Enfin, notons que le mariage entre la CETR et la Cité de l'énergie de Shawinigan pourrait être à nouveau consommé. L'an passé, des forfaits étaient proposés, permettant aux spectateurs de faire d'une pierre deux coups et d'assister tant au spectacle présenté à l'Amphithéâtre Cogeco qu'à Dragao, événement phare de la Cité de l'énergie. «On est en train de finaliser la planification», confirme à ce propos Steve Dubé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer