Un 10e Album du peuple pour François Pérusse

François Pérusse sort vendredi son Album du peuple... (La Presse)

Agrandir

François Pérusse sort vendredi son Album du peuple - Tome 10, son dernier sous forme de CD, dit-il.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Toujours aussi singulièrement drôle et plus politique que jamais, François Pérusse lance vendredi son 10e Album du peuple, fruit d'un travail méticuleux, voire presque maniaque, pour soutirer le meilleur de son matériel. Une sélection qui, comme il l'avait fait dans le tome 9, fait la belle part à l'actualité et aux politiciens.

«Avec la masse de multimédia et le nombre de médias que nous avons aujourd'hui, notre rapport avec le système politique est plus présent que jamais. Dans les années 70, l'actualité était présente, mais n'a jamais constitué une aussi grosse partie de notre quotidien que maintenant», dit-il, s'avouant particulièrement critique.

«Je trouve que les gens en politique sont bien courageux de se présenter, mais en même temps, je trouve qu'on n'a plus de politiciens. On a des gens qui se présentent en politique, mais je ne sais plus trop pour quelle raison...» 

Outres les politiciens, on retrouvera sur son nouvel album quelques classiques de son répertoire, que l'on pense à l'homme qui magasine, au grognon Bob Hartley ou à l'animateur Louis-Paul Fafard-Allard. Selon ses propres critères, il y a toutefois des sujets auxquels il ne touchera pas.

«Des gags sur les personnes handicapées, je ne suis pas capable de faire ça. L'infortune physique, l'infortune de santé, ça ne me fait pas rire.» Même chose pour les communautés ethniques, encore moins pour le terrorisme, dit-il. «C'est le côté haineux de l'être humain qui ressort par un groupe et je trouve ça triste.»

Avant de faire la sélection des gags à graver sur CD, François Pérusse ajuste son matériel en fonction d'un album qui sera écouté à répétition, élague ce qui est trop figé dans le temps et se réécoute pendant un an pour voir s'il y a risque de lassitude.

Des six heures de gags qu'il a conservées au départ parce qu'il les trouvait drôles, il écarte les éléments un à un pour finalement n'en garder même pas le tiers, «un peu comme quand on monte une équipe de hockey et qu'on décide qui pourra faire l'équipe», sourit-il. 

Or, Pérusse se dit plus exigeant qu'il ne l'a jamais été. «C'est l'orgueil, probablement», laisse-t-il tomber. «C'est une collection de gags et il y en a eu beaucoup sur les albums précédents. On ne veut pas se répéter...» 

Après 25 ans à manier la capsule humoristique seul dans son studio pour ses albums, ses 2 minutes du peuple et Pérusse Cité, il se sent aujourd'hui dans un tournant et veut désormais s'ouvrir à de nouvelles collaborations. 

Actuellement, il travaille sur des projets embryonnaires, dit-il, un projet d'écriture pour la télévision, et un autre pour la scène, là où des interprètes pourraient incarner ses univers, qu'ils soient aguerris ou des recrues, fait-il valoir. Depuis qu'il a vu des acteurs et des humoristes s'approprier ses textes lors du Gala Hommage qu'on lui a dédié l'été dernier au Festival Juste pour rire, il sait que son matériel peut vivre drôlement, autrement. «Je vais travailler avec des gens et ça va me faire le plus grand bien», sourit-il.   

À la sortie de son 9e Album du peuple, il avait dit que ce serait son dernier, il l'affirme de nouveau avec ce dixième, et ce devrait être le cas cette fois, dit-il, sous forme de CD du moins, question de logistique et de marché.

François Pérusse n'est pas sans observer les transformations qui se vivent à haute vitesse dans le mondes des médias. «Je pense qu'on sent tous que c'est un peu dangereux. L'élastique est en train de s'étirer très fort. Même si on trouve ça bien pratique, Internet a changé la donne énormément et la possibilité d'avoir des revenus», dit-il. «Sans vouloir être alarmiste, tout se mondialise, tout se centralise, on perd un peu le contrôle et la compétition n'est plus la même. Tout a changé. On n'est  pas seulement dans un tournant, on est dans un assez étourdissant virage...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer