Les enfants font la fête! au musée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Nicolet) On ne songe pas spontanément au Musée des religions du monde quand on pense à la fête. On a tort puisque l'institution nicolétaine présente l'exposition la plus festive en région en accueillant Les enfants font la fête! une exposition itinérante réalisée par le Musée canadien de l'histoire.

Quel est le lien avec le Musée des religions? Le thème même de l'exposition puisque les fêtes dont on parle sont ces occasions spéciales de réjouissances qu'offrent notamment les principales religions sur la planète. On retrouve évidemment Noël et Pâques mais aussi l'Action de grâces, Halloween, la fête hindoue de la Divali, la Hanouka des Juifs, le Nouvel an chinois ou même Toonik Tyme, fête printanière chez les Inuit. On étire le thème jusqu'à la fête nationale du Canada et même, valeurs écologiques obligent, le Jour de la terre.

Les visiteurs sont à même de constater les différences imposées par le contexte mais, en même temps, les similitudes entre les différentes fêtes tant dans le sens qu'on leur donne que dans la façon qu'on a de les célébrer. Ce qui est constant, c'est le jeu, la bouffe, le plaisir, la fête. Et plus que tout, le partage: des denrées, des biens comme du plaisir et du bon temps.

Le succès qu'a connu jusqu'ici cette exposition à Ottawa s'explique facilement par l'emphase qu'on met sur l'aspect ludique et l'interaction. Elle est un prétexte à inciter les enfants de 5 à 12 ans à jouer tout en leur proposant, mine de rien, des informations. Voilà une occasion privilégiée pour les parents de s'amuser avec les petits ou, autre option, de les laisser s'épivarder pendant qu'eux-mêmes jettent un coup d'oeil à l'exposition Tu ne tueras point adjacente.

Le directeur de l'institution, Jean-François Royal, ne cache nullement qu'il s'adresse ici à des visiteurs trop souvent délaissés par son musée. «On s'adresse à une clientèle qu'on ne vise pas habituellement et comme on a décidé de faire une pause dans nos expositions annuelles de crèches, on ne pouvait trouver mieux qu'une exposition portant sur les Fêtes tout en demeurant très précisément dans la mission de notre musée puisqu'on parle de fêtes telles que vécues dans différentes religions. Nous sommes le tout premier arrêt de cette expo itinérante et, jusqu'ici, la seule présentation prévue au Québec.»

Cette option reflète une volonté bien claire de la direction du musée nicolétain d'élargir sa clientèle. «C'est une occasion d'aller chercher les parents en montrant que le musée est accessible à toute la famille et que même si on a des expositions plus sérieuses comme Tu ne tueras point, on peut aussi venir chez nous pour s'amuser, pour jouer, passer du bon temps en famille. C'est également une occasion d'inciter les familles à consommer de la culture; ce n'est pas banal par les temps qui courent.»

Or, on y fait la preuve que la culture peut aussi être amusante et interactive car c'est peut-être cette dernière caractéristique qui est la plus exploitée dans l'exposition. Non seulement a-t-on élaboré des jeux liés à chacune des fêtes comme un concours de construction d'igloo ou le service de la table pour l'Action de grâce mais on pousse jusqu'à offrir un jeu de notre Noël chrétien en soumettant des odeurs qui caractérisent cette fête.

Assurément, l'exposition est faite sur mesure pour le temps des Fêtes mais le Musée la présentera jusqu'en avril 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer