Le coeur biologique comme inspiration

Le chef d'orchestre, compositeur et arrangeur trifluvien Gilles... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le chef d'orchestre, compositeur et arrangeur trifluvien Gilles Bellemare s'est allié au cardiologue François Reeves pour la création de l'oeuvre CoeUR - Cinq poèmes symphoniques pour choeur et orchestre.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si le nom de Gilles Bellemare a longtemps été spontanément associé à ses fonctions de chef d'orchestre, ses activités de compositeur ont toujours parallèlement figuré dans son agenda, et ce, depuis plus de 35 ans. Le 2 décembre, une de ses oeuvres, particulièrement originale, sera créée avec l'Orchestre symphonique de Laval.

L'oeuvre en question se nomme CoeUR - Cinq poèmes symphoniques pour choeur et orchestre. L'idée a été lancée par un ami de Gilles Bellemare, le cardiologue d'intervention et professeur agrégé de médecine à l'Université de Montréal, François Reeves. Le médecin a composé les textes, à la fois évocateurs et poétiques, qui ont inspiré le compositeur trifluvien.

«Ce qui est particulier, c'est que c'est la première fois que des pathologies cardiaques vont servir de substrat à la création d'une oeuvre musicale. Les compositeurs ont toujours parlé du coeur émotif, de l'amour, mais jamais du coeur physique», soutient M. Bellemare en parlant de l'oeuvre basée sur cinq pathologies cardiaques.

Les cinq poèmes sont associés aux cas de cinq patients séjournant dans autant de chambres d'hôpital. Des thèmes comme la naissance, l'amitié, l'amour, le deuil et le duo mort et vie sont liés aux pathologies de sténoses mitrale et aortique, de communication interauriculaire, d'insuffisance aortique et d'infarctus choisies par le cardiologue comme structures de création.

Derrière ce cardiologue se cache un poète au talent indéniable. Les symptômes et les émotions se marient avec grâce dans les textes du docteur Reeves. «On ressent énormément d'urgence dans le texte et dans la musique. On fait référence à la réflexion des patients. Il y a des moments très intenses, mais d'autres où il y a une sérénité qui s'installe. C'est une oeuvre qui évolue dans un très large éventail d'émotions», décrit Gilles Bellemare.

«Au niveau rythmique, j'ai eu la chance d'avoir des cours privés de cardiologie!», ajoute le compositeur initié aux variations de rythmes cardiaques provoqués par différentes maladies. «Je me suis servi des rythmes très particuliers de ces maladies-là pour les sections rythmiques», indique-t-il.

L'oeuvre d'une trentaine de minutes sera créée par l'Orchestre symphonique de Laval dans le cadre de sa série Hommage aux Grands Lavallois, le docteur Reeves ayant mérité cet honneur. L'effectif choral réunira Les Petits chanteurs de Laval, Les Voix boréales et Le Choeur des jeunes de Laval, sous la responsabilité de Philippe Ostiguy, et le concert sera dirigé par le chef de l'OSL, Alain Trudel. Notons que le trifluvien Antoine Bareil détient le poste de violon solo de cet orchestre.

La signature de Gilles Bellemare se trouvera également dans le programme d'un concert attendu, mettant en vedette un autre Mauricien. Le compositeur a écrit une partie de la musique qui soutiendra la conte de Noël que Fred Pellerin livrera avec l'Orchestre symphonique de Montréal les 9, 11 et 12 décembre à la Maison symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano.

Dans le volet arrangements, Gilles Bellemare peaufine la suite de sa collaboration avec l'auteur-compositeur-interprète Richard Desjardins. Il dirigera lui-même le concert Richard Desjardins symphonique II les 31 mars et 1er avril 2016 au pupitre de l'Orchestre symphonique de Québec.

Gilles Bellemare a dirigé l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières de sa création en 1978, jusqu'en 2005. Après ses études en percussion, en écriture musicale et en composition au Conservatoire de musique de Trois-Rivières, il s'est perfectionné à l'Académie nationale Sainte-Cécile (Accademia Nazionale Santa Cecilia) de Rome et à la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst de Vienne. Il enseigne au conservatoire trifluvien depuis 1984.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer