Charlie Sheen dévoile qu'il est séropositif

Charlie Sheen, à droite, était interviewé mardi sur... (NBC, Peter Kramer via AP)

Agrandir

Charlie Sheen, à droite, était interviewé mardi sur les ondes de NBC.

NBC, Peter Kramer via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
New York

Victime de chantage, l'acteur américain Charlie Sheen, qui a été notamment de Two and a Half Men, a dévoilé publiquement, mardi, qu'il était séropositif.

Dans une entrevue à l'émission matinale Today, du réseau NBC, l'acteur, âgé de 50 ans, a indiqué que la présence du virus du sida avait été détectée dans son organisme il y a environ quatre ans, mais que grâce aux médicaments, il est aujourd'hui en bonne santé. Lorsque l'un des animateurs lui a demandé s'il avait pu infecter d'autres personnes, Charlie Sheen a assuré que cela était tout à fait impossible, et qu'il avait prévenu toutes ses partenaires sexuelles de son état sérologique.

Depuis qu'il connaît son état, il a eu des relations sexuelles non protégées avec deux partenaires, qui sont suivies par son propre médecin, a-t-il dit. L'acteur soutient que ces partenaires avaient été prévenues de la situation «avant», sans plus de précisions.

L'acteur, qui a connu un début de carrière fulgurant au cinéma dans Platoon (1986) et Wall Street (1987), a expliqué qu'il avait décidé de rendre public son état parce que des prostituées et d'autres personnes le faisaient chanter. Il aurait ainsi dépensé «des millions de dollars» pour ne pas que son état soit étalé dans les tabloïds.

Il a déjà révélé qu'il avait dépensé plus de 50 000 $ dans le réseau de prostitution de luxe de la «madame de Hollywood», Heidi Fleiss.

Sur le plateau de l'émission, mardi, l'acteur a été rejoint par son médecin, Robert Huizenga, qui a expliqué que grâce à de puissants médicaments, la charge virale était maintenant «indétectable», et il a insisté pour dire que M. Sheen n'était pas atteint du sida. Le docteur Huizenga s'inquiétait davantage des problèmes de toxicomanie de l'acteur et de la dépression dans laquelle il a sombré en apprenant sa séropositivité.

Charlie Sheen a déjà raconté par le passé que c'est sa dépression qui l'avait poussé à consommer en grandes quantités drogues et alcool. Il soutient qu'il n'abuse plus des drogues mais admet qu'il boit encore un peu.

«Mes années de nuits folles sont derrière moi: je me consacrerai dorénavant à la philanthropie», écrit-il dans une «lettre ouverte» transmise par courriel. Par sa «sortie publique» de mardi, il veut d'ailleurs aider ceux qui ont honte d'être séropositifs et encourager les autres à subir un dépistage.

Interrogé sur la possibilité que d'éventuelles partenaires sexuelles puissent lui intenter des poursuites, l'acteur répond: «J'en suis certain».

À cause de ses problèmes de polytoxicomanie et de son comportement explosif, Sheen avait été congédié en 2011 de la comédie de situation de CBS Two and a Half Men, très populaire depuis 2003. Il avait été un moment l'un des acteurs les mieux payés de la télévision américaine. En 2012, il est revenu au petit écran sur la chaîne câblée FX dans la comédie de situation Anger Management.

Chantage à dix millions de dollars

«Mon premier souci pour Charlie est son addiction et la dépression liée à la maladie, davantage que les conséquence sur son espérance de vie, car cela n'en aura pas», a expliqué le docteur Robert Huizenga.

L'acteur a indiqué avoir sombré dans l'alcool et la drogue après avoir appris sa séropositivité. Il affirme ne plus se droguer aujourd'hui mais boire encore «un petit peu».

Charlie Sheen a expliqué avoir choisi de révéler sa séropositivité principalement pour mettre fin au chantage dont il était l'objet.

Pour faire taire les personnes de son entourage qui le menaçaient de tout dire, il aurait payé «vers les dix millions de dollars», selon une citation reprise par NBC mais qui ne figurait pas dans l'entretien télévisé.

L'acteur a notamment évoqué l'exemple d'une prostituée qui aurait pris des photos de son traitement antirétroviral dans sa salle de bain pour le menacer ensuite de les vendre à la presse.

Charlie Sheen estime avoir aujourd'hui «la responsabilité de devenir quelqu'un de meilleur et d'aider beaucoup d'autres gens».

Il n'est pas la première personnalité de premier plan à révéler sa séropositivité: l'acteur américain Rock Hudson avait été un précurseur faisant cette même révélation en juillet 1985, à une époque où la maladie était très peu connue du grand public.

Il fut notamment suivi, en 1991, par le chanteur britannique Freddie Mercury, leader du groupe Queen, et le basketteur professionnel américain Earvin «Magic» Johnson.

Selon le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC), 1,21 million de personnes de plus de 13 ans étaient séropositives aux États-Unis en 2013, dont 156 300 ignoraient leur condition.

Au total, 658 507 personnes sont mortes du Sida aux États-Unis depuis la propagation de la pandémie à ce pays, toujours selon le CDC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer