King Melrose: la pop-soul qui fait mouche

King Melrose...

Agrandir

King Melrose

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Quand il y a 18 mois, Le Nouvelliste a rencontré King Melrose pour la sortie de son premier album, c'est un inconnu de 24 ans qui rêvait de faire le plus de spectacles possible qui se dévoilait. Aujourd'hui, le Joliétain d'origine Sébastien Côté s'est fait un nom, une légion de fans et des extraits de son second album tournent beaucoup à la radio.

«L'accueil pour Bleu (son second opus), est vraiment excellent, dit-il aujourd'hui en entrevue. Les fans l'ont déjà découvert et semblent beaucoup l'apprécier. L'album est sorti le 6 novembre, on a fait le lancement officiel le 10 et déjà, au lancement, plein de monde connaissaient les chansons par coeur et les chantaient avec moi. Je n'en revenais pas!»

Le jeune homme qui s'est fait une place dans le créneau précis mais peu occupé de la pop-soul québécoise a créé un engouement qui fait qu'il présente entre 100 et 120 spectacles par année. «C'est vrai qu'on a joué dans de petites salles et dans toutes sortes de contextes et j'adore ça. Maintenant, je dois déménager dans des salles plus grandes que certains des bars et des restaurants où on a joué depuis un an et demie et franchement, ça me fait un peu de peine. J'aime le contact étroit avec le public et c'est une sensation extraordinaire de sentir les gens groover sur ma musique. Mais là, on doit passer à un niveau un peu supérieur parce que la demande est là.»

King Melrose s'est fait une réputation avec ses prestations sur scène où il se donne sans compter. «C'est une musique de groove et c'est ce beat que les gens aiment. Il faut livrer la marchandise quand on est en spectacle. Moi, je trippe sur la musique que je fais alors, je m'abandonne aux rythmes.»

Pour ce qui est de ce second album, il s'imposait d'une part parce que King Melrose avait beaucoup de matériel entre les mains et d'autre part parce que la radio lui ouvrait la porte. Sauve-toi de moi et S'cuse-moi tiré du premier album de l'artiste ont atteint respectivement le top 10 et le top 5 des palmarès radiophoniques. Pour ce qui est de Ne me laisse pas tomber, extrait du deuxième opus qui tourne présentement, il est dans le top 5 depuis maintenant près de 24 semaines. King Melrose a cet avantage majeur d'offrir un format musical qui perce facilement les ondes radiophoniques. «C'est sûr que la radio aide beaucoup à connaître le succès. Beaucoup de gens viennent voir mes spectacles parce qu'ils ont entendu une chanson qu'ils sont aimée et ont envie d'entendre le reste de mon répertoire. Ça confère une sorte de statut et ça compte. On ne connaissait pas bien les critères des radios en créant le premier album mais avec le deuxième on savait mieux à quoi s'en tenir et ça semble bien parti de ce côté. Avant, en spectacle, c'est quand je chantais du Elvis que les gens réagissaient le plus; maintenant, c'est quand je fais mes propres chansons.»

«Le son général est peut-être plus feutré dans Bleu que dans le premier album mais je suis content parce que j'ai vraiment trouvé mon son. C'est très bien défini et c'est exactement la pop-soul dont j'avais envie. C'est là que je voulais aller.»

Le chanteur va se faire les dents au casino de Montréal ainsi qu'à celui du Mont-Tremblant en décembre pour lancer sa tournée 2016. Il promet de revenir en Mauricie et a déjà prévu un arrêt à La Grange, à Trois-Rivières, quelque part cet hiver. L'album, lui, est présentement disponible aussi bien dans sa version numérique qu'en CD chez les principaux disquaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer