Bienvenue dans le Fancy Ghetto

Alexandre Désilets sera à la Maison de la... (François Gervais)

Agrandir

Alexandre Désilets sera à la Maison de la culture Francis-Brisson du secteur Grand-Mère le vendredi 13 novembre.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

Deux mois après sa participation au grand rassemblement musical 100, avenue des Draveurs à l'Amphithéâtre Cogeco, le chanteur Alexandre Désilets est de retour en Mauricie. Il présentera le spectacle inspiré de son album Fancy Ghetto le vendredi 13 novembre à 20 h à la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan.

L'auteur-compositeur-interprète a lancé ce troisième album au début de 2014. Né d'un père trifluvien, l'artiste qui a grandi à Kingston et à Aylmer a été couronné grand lauréat du Festival international de la chanson de Granby en 2006. Il a offert son premier album, Escalader l'ivresse, en 2008, et son deuxième, La garde, en 2010.

Il a enregistré Fancy Ghetto en mode «live» en dix jours et considère que cette ambiance se transpose de façon naturelle sur scène. 

«Le spectacle est pas mal fidèle au disque. En enregistrant l'album, je visualisais déjà le spectacle, et je voulais que ça me permette de m'éclater, de bouger sur scène. Comme l'album a été enregistré live, c'était facile de passer du studio à la scène», décrit-il.

«C'est un album qui est intense. On sent une urgence. Il y a une tension qui est là tout le long du disque. Comme on a enregistré en dix jours, c'est un album très nerveux, et ça se sent sur scène aussi», ajoute celui qui dit avoir laissé beaucoup de place aux musiciens pendant le processus.

Le 13 novembre à la Maison de la culture Francis-Brisson, il sera accompagné de Benjamin Vigneault à la batterie, François Richard au piano, Jérôme Hébert à la basse et Maxime Audet à la guitare. Alexandre Désilets insiste pour donner une grande importance à la voix. Pour lui, elle est un instrument au même titre que les autres: «Je me sers de la voix comme d'un instrument. Quand il y a des bouts instrumentaux, je fais quand même des voix. Je passe la voix dans des effets, pour créer des textures.»

Le spectacle fait le tour du dernier album, mais va aussi puiser dans les précédents. Quelques chansons plus anciennes ont été remaniées pour s'inclure dans l'univers de Fancy Ghetto.

Somme toute, à quoi les spectateurs peuvent-ils s'attendre en répondant à l'invitation d'Alexandre Désilets? «On va là pour bouger, pour s'amuser. C'est un spectacle super audacieux musicalement. C'est de la pop moderne et sophistiquée», répond-il.

Le musicien et chanteur, qui a aussi de la musique de film à son actif, peut être entendu sur un disque hommage à Michel Pagliaro (il y réinterprète M'Lady), et sur un disque hommage à Diane Dufresne à paraître ce mois-ci et dans lequel il fait sienne la chanson Que.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer