ADISQ: les grands honneurs pour Fred Pellerin

Fred Pellerin... (La Presse)

Agrandir

Fred Pellerin

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Fred Pellerin a été le tout premier récipiendaire du 37e Gala de l'ADISQ à monter sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, dimanche soir, lui qui a remporté les honneurs dans la catégorie «Album de l'année - Folk» pour son dernier bijou intitulé Plus tard qu'on pense.

Pour le conteur-chanteur de Saint-Élie-de-Caxton, il s'agit d'une deuxième récolte en deux semaines pour cet album qui lui a aussi valu le Félix du meilleur vendeur lors de L'Autre Gala, qui se déroulait le 27 octobre dernier. Il s'agit par ailleurs d'un triplé dans la catégorie du meilleur album folk puisque Fred Pellerin avait aussi cueilli ce Félix pour ces deux précédents albums, en 2010 pour son premier opus Silence et en 2012 pour C'est un monde.

Si on ajoute à cela le Félix qu'il avait récolté en 2008 avec son frère Nicolas pour leur album en duo, dans la catégorie «Album de l'année -Traditionnel» cette fois, aussi bien dire que dès qu'il sort un album, Fred Pellerin revient chez lui avec la statuette du vainqueur. Les Félix s'accumulent d'ailleurs sur la tablette au-dessus de sa cheminée. Dimanche soir, il a rapporté son 13e en carrière, les autres ayant été mérités dans diverses autres catégories pour ses spectacles de contes ou de chansons.

En fin de soirée dimanche, le lauréat se disait à la fois touché et privilégié par la somme de ces prix. Celui d'hier, il l'espérait, sans savoir s'il aurait sa chance, dit-il. «C'est comme magnétique tout ça, plus tu approches de l'événement et plus tu es attiré par le prix», dit-il. «Je suis super content. C'est vraiment un honneur. La catégorie était forte. Je me retrouvais avec toute une liste de monde que j'admire...»

Dans la catégorie «Album de l'année - Folk» cette année, il se retrouvait en compagnie de Louis-Jean Cormier (Les grandes artères), Kevin Parent (Face à l'Ouest), Philippe Brach (La foire et l'ordre) et Tire le Coyote (Panorama), finalistes qu'il a tous salués, tout comme il a remercié son équipe, les auteurs-compositeurs qui ont contribué à l'album ainsi que son ami Jeannot Bournival, qui a réalisé ses trois albums lauréats. «J'aurais aimé tous les nommer, René-Richard Cyr, Mélanie Noël, David Portelance, Manu, tout le monde, mais on avait un compteur de 60 secondes. C'est la première année qu'ils font ça.»

Cela dit, le fait d'avoir ouvert la soirée en allant cueillir son trophée l'a libéré de tout stress, dit-il. «Après, tu peux savourer la soirée tranquille...» Le chanteur était d'ailleurs particulièrement détendu sur scène, en fin de soirée, alors qu'il honorait un duo avec Patrick Norman. Chacun guitare à la main, les deux artistes ont marié leur répertoire en entonnant Plus tard qu'on pense, la chanson-titre de l'album de Pellerin et Je fais pleurer mes amis, de Norman, sur un texte signé Bourbon Gauthier.

C'est avec tous ces albums hautement récompensés que Fred Pellerin prendra la route dès février 2016, pour la première fois avec un spectacle de chansons. Une tournée d'une quarantaine de dates, qu'il entrevoit un peu comme un gros voyage de pêche avec ses musiciens. «Maintenant, on en a super le goût», observait-il hier, «surtout qu'aujourd'hui, on se retrouve avec trois albums, un potentiel d'une quarantaine de pièces qui sont aimées, puisque les albums se sont vendus, mais qui n'ont pas été brûlées à la radio.»

Mais tout d'abord, il a encore passablement de projets en cours de création à terminer. «Cet automne, ma vie professionnelle est très chargée», dit-il en énumérant la préparation du conte symphonique de Noël avec l'OSM, qui sera présenté du 9 au 12 décembre, après quoi «j'ai peut-être un nouveau scénario de film en tête», glisse-t-il, «mais ce n'est rien d'officiel encore.»

À l'issue de sa tournée de chansons, quelque part en juin 2016, il compte aussi amorcer le conte qui constituera son prochain spectacle, un exercice de création qui s'étend sur une dizaine de mois, estime-t-il.

Mais tout d'abord, dès lundi matin, il remet le cap sur Saint-Élie-de-Caxton puisqu'il est à refaire toutes les capsules audio-guides des visites d'hiver qui débuteront le 1er décembre au coeur de son village. «Il nous reste comme 20 jours alors demain matin (lundi matin), je m'en vais chez Jeannot (Bournival) et on part là-dessus...»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer