Vocalys chante les trésors portugais

Le chef de l'ensemble Vocalys Raymond Perrin.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le chef de l'ensemble Vocalys Raymond Perrin.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La formation Vocalys explorera le répertoire de la musique chorale portugaise, ce dimanche 8 novembre, à l'occasion de son concert intitulé Au pays de Vasco de Gama. Le rendez-vous est prévu à 14 h à la chapelle du Séminaire de Trois-Rivières.

«Quand on se plonge dans l'étude de la production portugaise des XIVe et XVe siècles, on est tout de suite porté à s'étonner qu'un trésor si riche et glorieux demeure à ce point méconnu», écrit le chef du choeur, Raymond Perrin, dans le programme du concert. M. Perrin croit que la foisonnante musique chorale portugaise de cette période «peut rivaliser sans complexe avec les plus grands polyphonistes italiens de leur époque».

Le titre du concert fait référence au Portugais considéré comme le premier Européen à atteindre les Indes tant convoitées, en contournant le cap de Bonne-Espérance en 1498.

Le programme de la première partie comprend des oeuvres d'Alonso Lobo, Pedro de Cristo, Duarte Lobo et Estêvao Lopes Morago. En deuxième partie, Vocalys interprétera le Magnificat de Joao Rodrigues Esteves et les Lamentations pour le Jeudi saint de Joao Lourenço Rebelo, compositeur à la cour de Jean IV. L'après-midi sera conclu avec Veni Sancte Spiritus de Diogo Dias Melgas, maître de chapelle de la cathédrale d'Évora, et élève de Rebelo.

Le chef du choeur raconte que le point de départ de la conception de ce programme provient d'un recueil de motets nommé Masterpieces of Lisbon, acheté il y a quelques années et qui comprend entre autres des oeuvres de Cristobal de Morales. «Morales est un espagnol qui a amené le style italien au Portugal», note M. Perrin, qui a fait des recherches pour découvrir davantage le répertoire portugais. Le concert sera d'ailleurs ouvert par trois pièces de Morales, né en 1500 et décédé en 1553.

«C'est une musique d'une très grande qualité. Le Portugal a joui d'une espèce de prospérité et de poids politique qui n'ont pas duré par rapport à d'autres pays européens. Les archives ne sont pas aussi fouillées, sauf pour la période des explorations», soumet-il comme théorie pour expliquer le fait que la musique chorale portugaise soit moins connue que l'italienne, l'espagnole ou la française, par exemple.

Les 17 choristes seront accompagnés de Claude Beaudoin à l'orgue et de Sébastien Lépine au violoncelle pour la deuxième portion du concert, alors que la première sera sous forme a capella. Il s'agit exclusivement de musique religieuse, chantée en latin. Ce concert est le premier d'une saison dite «géographique». 

Le 21 février, l'ensemble présentera des oeuvres de compositeurs associés à la cour de Dresde, tandis que le 21 mai, le public sera invité à un tour du monde en musique. Les billets pour le concert de dimanche se vendent 25 $ en prévente jusqu'à samedi, et 30 $ à la porte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer