Gaetan Leclerc et Emilio Armillès lancent La Rencontre

Forts d'une rencontre accidentelle qui est devenue à... (Lise Robert)

Agrandir

Forts d'une rencontre accidentelle qui est devenue à la fois amitié et belle association sur scène, Gaëtan Leclerc et le Français Emilio Armillès ont lancé dernièrement un album en tandem, douze pièces qui sont interprétées parfois par l'un, parfois par l'autre, parfois ensemble, des chansons ayant comme dénominateur commun de s'être révélées comme leurs coups de coeur au fil des spectacles qu'ils font ensemble.

Lise Robert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Forts d'une rencontre accidentelle qui est devenue à la fois amitié et belle association sur scène, Gaëtan Leclerc et le Français Emilio Armillès ont lancé dernièrement un album en tandem, douze pièces qui sont interprétées parfois par l'un, parfois par l'autre, parfois ensemble, des chansons ayant comme dénominateur commun de s'être révélées comme leurs coups de coeur au fil des spectacles qu'ils font ensemble.

Sur cet album intitulé La Rencontre, ils chantent Félix Leclerc (Le train du Nord, Le tour de l'Ile), Jean-Pierre Ferland (Le petit roi, Ton visage), Georges Brassens (La princesse et le croque-notes), Michel Rivard (La guitare de Jérémie), Claude Dubois (Si Dieu existe), Claude Gauthier (T'es pas une autre), et George D'Or (La Manic), pour ne nommer qu'eux.

La Manic est d'ailleurs précisément le tout premier contact avec le Québec d'Emilio Armillès un jour où, dans sa France natale, il l'a découverte sur un album via la voix de Pauline Julien, qui l'interprétait. Le fait de lancer leur album au Centre Pauline-Julien du secteur Cap-de-la-Madeleine, mardi dernier, était d'autant plus symbolique pour lui.

Ce lancement était le quatrième, les trois premiers ayant eu lieu en France (Bourgogne), le 22 septembre, à l'Île d'Orléans le 23 octobre et à Deschaillons le 25 octobre, là où demeure l'artiste-peintre Suzanne Claveau, qui a réalisé la page couverture du CD.

L'enregistrement a été réalisé en France à divers moments sur une étendue de trois ans, mais les tournées à venir se feront des deux côtés de l'océan, à l'image des spectacles que Gaëtan Leclerc et Emilio Armillès proposent depuis qu'ils se sont rencontrés inopinément dans un festival au beau milieu des alpes françaises en janvier 2011.

Ce jour-là, Leclerc devait se produire en compagnie d'un autre artiste belge, qui a toutefois dû décliner leur rendez-vous à la dernière minute, pour cause de maladie. Son nouveau collègue de scène lui a été référé. «Fallait qu'on soit deux... Emilio l'a remplacé au pied levé. Il était à 400 kilomètres de là , il est arrivé le soir-même alors on s'est rencontré la première fois dans les loges, où on a pratiqué trois chansons ensemble...»

Depuis, des demandes se sont faites du côté de Paris et ailleurs, jusqu'à leur donner l'idée de réaliser un album avec les chansons qu'ils aimaient le plus, dont une quasi inédite de Félix Leclerc intitulée Chanson du retraité, que son neveu Gaëtan a découvert par une dame qui lui en a parlé à la fin d'un spectacle.

Elle faisait référence à un titre dont il n'avait jamais entendu parler, lui qui connaît pourtant le répertoire de Félix Leclerc dans son ensemble. Or, la dame avait pourtant raison.

«Elle était dans son premier album et il ne l'avait jamais reprise par la suite», explique Gaétan Leclerc, qui l'a retrouvée bel et bien sur un 78 tours.

Autre titre inédit, une chanson de Roger Tabra intitulée État d'urgence, que le duo a trouvé dans les archives de Tabra lui-même, le célèbre parolier que l'on a connu par Éric Lapointe, et qui habite à cinq minutes de la maison d'Emilio Armillès en Bourgogne.

En France, leur album est disponible dans les marchés Leclerc et à Trois-Rivières, on peut se le procurer chez Archambault. Les deux hommes fouleront les scènes sur les deux continents avec cet album, notamment au printemps, au moment où Gaëtan Leclerc sera en France pour assurer la présidence d'honneur d'un festival de poésie à Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer