Un septième disque pour Pierre Chatillon

L'auteur et musicien Pierre Chatillon présente son septième... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

L'auteur et musicien Pierre Chatillon présente son septième album autoproduit en dix ans, L'écho.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Quiconque cherche un septuagénaire à l'inspiration pratiquement intarissable et dont la vie déborde de projets créatifs peut aller cogner à la porte de Pierre Chatillon.

Le Centricois de 76 ans a récemment fait paraître son septième disque en dix ans. Le violoniste Antoine Bareil, la harpiste Valérie Milot, le violoncelliste François Toutant et le pianiste Michel Kozlovsky figurent parmi les musiciens qui interprètent les six pièces composées par le Nicolétain d'origine, aussi connu pour sa production littéraire.

C'est en 2005 que Pierre Chatillon a ouvert les valves de sa créativité musicale. «J'appartiens à une famille de musiciens. J'ai ouvert une porte, et je ne suis pas capable de m'arrêter!», raconte l'homme qui, bien qu'il ait joué du saxophone dans la fanfare de Nicolet, avoue ne posséder aucune formation musicale formelle. Le mélomane a vécu au milieu d'instruments et a cultivé sa passion pour la musique en général, et la musique classique en particulier.

Son aventure de création musicale a débuté en enregistrant des airs qu'il sifflait, et en soumettant ces enregistrements à des musiciens. Ceux-ci l'ont aidé à transcrire les mélodies et à les arranger. Il a donc successivement fait paraître les albums d'inspiration classique Air pour Claire, Les oiseaux, Le soleil, La Victoire et, cet automne, L'écho. M. Chatillon a également interprété lui-même ses propres chansons sur ses albums La réincarnation et Le voilier.

Depuis 2005, l'artiste s'est familiarisé avec l'écriture musicale et les logiciels d'écriture de musique. «Je n'ai jamais étudié la musique, mais comme j'en écoute beaucoup, je connaissais les structures. J'ai appris comment ça fonctionnait à côté de musiciens et d'arrangeurs qui ont été formidables. D'analphabète que j'étais, j'ai fait des progrès!», raconte le compositeur des deux sonates (une pour harpe et violon et une pour clarinette et guitare), des trois trios pour piano et cordes et du quatuor pour flûte et cordes que l'on peut entendre sur L'écho.

Réalisé par Martin Beaudry, l'album regroupe des pièces arrangées par William Lévesque, Marcel Lachance, Antoine Bareil et Jocelyn Lafond. Outre les musiciens déjà mentionnés, l'équipe compte la flûtiste Amélie Brodeur, l'altiste Sarah Martineau, le guitariste Sébastien Deshaies et le clarinettiste Denis Doucet.

Trois des pièces de l'album sont inspirées de gens, tandis que les trois autres évoquent la nature et la réflexion sur la vie. La sonate pour harpe et violon Ciel radieux a été dédiée au couple Antoine Bareil et Valérie Milot à l'occasion de leur mariage. Comme son titre l'évoque, la pièce Grand-père rend hommage au grand-père de M. Chatillon, Edouard. Les thèmes des trois mouvements incluent des variations sur trois chansons composées par Edouard (Le baiser de la langue française, J'ouvre mon coeur et Reviens Dollard).

La pièce Roger honore un ami décédé. «Dentiste de profession, c'était un véliplanchiste d'une remarquable habileté. Le premier mouvement décrit la beauté du fleuve Saint-Laurent par un jour d'été. Cet ami collectionnait les bandes dessinées; c'est pourquoi, dans le deuxième mouvement, j'ai fait alterner la tristesse avec la joie bondissante d'un enfant», décrit Pierre Chatillon dans la pochette de son, disque.

En commentant chacune de ses oeuvres musicales, le compositeur en fait ressortir la juxtaposition des côtés joyeux et dynamiques, et plus dramatiques ou nostalgiques. «Toute ma musique est un hymne à la beauté du monde et un hymne à son côté tragique. Il y a le côté magique, la lumière, mais aussi le tragique», résume-t-il. Autoproduits, les disques de Pierre Chatillon sont en vente dans des endroits comme le Centre de pianos Mauricien et la Librairie Poirier à Trois-Rivières, ainsi qu'à la Papeterie Saint-Laurent de Nicolet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer