Excellent été pour les musées

Dragao a connu un taux d'occupation de l'ordre de... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dragao a connu un taux d'occupation de l'ordre de 98,6 %, soit plus de 30 000 spectateurs sur une capacité totale de 31 000.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le bilan qu'on trace de la saison estivale est unanimement positif dans les différents musées de la région. Il est même légitime de parler d'une saison exceptionnelle.

On savait déjà que Boréalis avait connu un mois de juillet record, avec une hausse de 15 % de la fréquentation en comparaison avec l'année dernière, déjà sa meilleure à vie. Août a été à l'avenant avec une hausse de 24 %. Il ne fait pas de doute que les spectacles à l'amphithéâtre ont été pour beaucoup dans ces chiffres puisque la terrasse de Boréalis, qui servait des soupers, a été très bondée les soirs de spectacles.

Il n'y a pas que Boréalis qui a profité d'un effet «Cirque du Soleil». Du côté du Musée des Ursulines, la directrice Josée Grandmont assure que cet effet s'y est aussi manifesté. «Nous avons connu un excellent été avec une augmentation de près de 50 % de notre fréquentation. On va finir à plus de 10 000 visiteurs cette année. On ne peut pas parler de record absolu mais ça nous ramène aux chiffres lors des Fêtes du 375e, en 2009, ou en 1997 lors du tricentenaire de l'arrivée des Ursulines au Canada.»

«Évidemment, l'amphithéâtre a aidé: dès 10 h le matin, les visiteurs se stationnaient sur la rue en prévision du spectacle du soir. Les gens arrivaient en ville très tôt et visitaient.»

Au Musée québécois de culture populaire, on doit poser sur les chiffres un regard particulier parce que toute comparaison avec les deux étés précédents au cours desquels ont a présenté l'exposition La petite vie est déraisonnable. «Nous devons comparer avec les chiffres d'il y a trois ans pour être justes et le bilan des mois de juin, juillet et août nous place un petit peu plus haut qu'en 2012, d'expliquer la responsable des communications du Musée, Claire Plourde. Nous avons accueilli 20 999 personnes entre le 1er juin et le 31 août alors qu'on en avait reçu 19 293 il y a trois ans.»

Ce sont là des chiffres satisfaisants pour la direction de l'institution trifluvienne qui ne croyait évidemment pas s'approcher des 43 000 visiteurs du premier été de La petite vie, pas plus que des 30 000 du second. «Nos sondages nous disent que la température n'est pas du tout un facteur qui influence la fréquentation mais on a constaté un «effet amphithéâtre» parce que les journées de représentation, on a constaté une hausse significative de visiteurs.»

À la Cité de l'énergie, le directeur Robert Trudel parle lui aussi d'un été exceptionnel qui établit des records. «C'est notre meilleur été depuis 20 ans, clame-t-il. On a connu une hausse moyenne de plus de 20 % pour l'ensemble de nos activités, incluant les visites à la Cité de l'énergie, le Musée Jean Chrétien ou l'exposition Tout feu tout flamme. Je ne peux pas donner tous les chiffres exacts parce que je ne les ai pas entre les mains mais globalement, on parle de quelque 156 000 visiteurs.»

Il ne fait aucun doute dans l'esprit du directeur général que ce succès tient à la popularité du spectacle Dragao qui a connu un taux d'occupation de l'ordre de 98,6 %, soit plus de 30 000 spectateurs sur une capacité totale de 31 000. «On a pratiquement atteint le maximum de ce qu'on pouvait accueillir et on a refusé des gens tout l'été. Tant qu'à venir au spectacle, les gens en ont profité pour visiter les expositions. Nos deux musées ont connu une hausse de 14 % de la fréquentation par rapport à 2014 alors que du côté de la Cité, c'est une hausse de 26 %. C'est Dragao qui a amené l'achalandage. Théoriquement, les conditions vont être encore là l'an prochain pour une belle saison estivale. On a ouvert la billetterie du spectacle par Internet cet automne pour la première fois et on a déjà des réservations.»

Au Musée des religions du monde de Nicolet, le directeur Jean-François Royal parle lui aussi d'un excellent été. «C'est notre meilleur été des trois dernières années. Ç'a été très lent à partir mais avec les vacances de la construction, la fréquentation a été excellente, si bien qu'on a des chiffres équivalents à l'année dernière. En août, on a eu de meilleurs chiffres que les deux dernières années.»

Pour expliquer ce phénomène, le directeur parle de la publicité qui a très bien fonctionné. «La publicité a connu énormément de succès sur les médias sociaux avec plus 130 000 visionnements. Il est impossible pour nous de dire si les spectacles à l'amphithéâtre trifluvien ont eu un effet sur notre fréquentation mais je ne le crois pas. C'est notre programmation qui attire les visiteurs et l'exposition Tu ne tueras point marche très bien. Les commentaires des visiteurs sont très élogieux: ils disent apprécier tant l'exposition elle-même que la réflexion qu'elle leur propose.»

Les 3500 et quelques visiteurs rappellent les chiffres obtenus en 2011 alors qu'on a présenté l'exposition consacrée aux oeuvres de Claude Lafortune. On doit cependant à l'exposition À la vie, à la mort, présentée en 2010, le record absolu de fréquentation avec 11 000 spectateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer