Paul Gélinas n'est plus la voix de la galette

Paul Gélinas participe maintenant au Festival de la... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Paul Gélinas participe maintenant au Festival de la galette de sarrasin en tant que spectateur.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Membre de l'équipe du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville depuis le début, Paul Gélinas doit maintenant s'habituer à participer à l'événement en tant que spectateur.

L'homme bien connu dans la région a été de la première équipe du festival et a oeuvré durant les 36 premières éditions à titre d'annonceur officiel. Soirées, galas de couronnement de la reine meunière, animation de conférences de presse, M. Gélinas a pris part à de nombreuses activités du festival jusqu'à animer la conférence de presse du mois d'août dernier. C'était sa dernière participation comme membre du festival.

«J'ai des problèmes d'audition. J'entends moins bien que lorsque j'avais 20 ans. Si je n'avais pas ces problèmes, j'aurais continué. Ça me fait un petit pincement au coeur de quitter, mais il faut tourner la page Il est temps de laisser la place à un plus jeune», lance ce sympathique monsieur de 76 ans.

M. Gélinas a connu tous les présidents, a fait partie de toutes les organisations et a participé à la mise en place de différents événements. Celui qui vient de prendre sa retraite de son poste de directeur des relations publiques de la compagnie Bellemare ne ratait jamais une occasion de faire parler de son employeur. Il se souvient qu'il y a une trentaine d'années, il avait été de ceux ayant organisé la confection d'une galette géante de 100 pieds carrés.

«Je voulais faire quelque chose qui sorte que l'ordinaire, se souvient M. Gélinas. On avait 500 chaudières de cinq gallons de pâte. La pâte a été brassée dans un ready-mix de Bellemare! On la faisait descendre par une dalle jusque sur une plaque d'acier. On avait aussi placé les meunières dans le godet d'une chargeuse pour les amener. Je n'avais pas demandé au patron, mais quand j'ai monté le scénario, on avait pour un million de dollars en valeur d'équipements. Durant l'événement, un de mes patrons m'a dit que j'aurais dû apporter telle affaire et que ça aurait été encore mieux! Ça a été un grand succès.»

M. Gélinas a vécu l'évolution du festival au fil des ans. Il affirme qu'il vaut son pesant d'or.

«Ce sont des retombées importantes pour Louiseville. Et on a eu des activités merveilleuses. Il y a tellement eu de meunières d'impliquées, peut-être 150 ou 200. On les voit aujourd'hui, elles ont des postes importants. Ça a été une belle expérience pour moi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer