• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Une institution minée par un modèle financier malade, dit Hubert Lacroix 

Une institution minée par un modèle financier malade, dit Hubert Lacroix

Hubert Lacroix... (Archives, La Presse)

Agrandir

Hubert Lacroix

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le président et directeur général de Radio-Canada a répondu, mardi, au chef conservateur Stephen Harper, qui avait déclaré la veille que le diffuseur public avait des difficultés financières en raison de ses faibles cotes d'écoute.

Après l'assemblée publique annuelle de CBC-Radio-Canada, qui se tenait à Winnipeg, Hubert Lacroix a assuré que le diffuseur avait de bonnes cotes d'écoute, mais que l'institution était minée par un modèle financier malade.

M. Lacroix a ajouté que le Canada devait se tourner vers les pays européens pour s'inspirer de leurs modèles de financement. 

Il a expliqué que le diffuseur public en Allemagne est financé notamment par

des frais chargés à chaque ménage, alors que le gouvernement français perçoit des

revenus des fournisseurs d'accès Internet.

Sur les ondes d'une radio privée de Québec, M. Harper a clamé que les difficultés budgétaires de Radio-Canada étaient causées par la «perte des téléspectateurs» et non pas «par les coupures de notre gouvernement». 

«Il n'y a pas de coupures», a-t-il enchaîné.

Il a ajouté qu'il y avait une limite aux subventions qu'un État pouvait accorder.

M. Lacroix n'a pas voulu commenter lorsqu'on lui a demandé si les commentaires de M. Harper étaient justes.

«Mais je vais vous dire que ce n'est pas en raison de nos cotes d'écoute que nous vivons des problèmes à CBC-Radio-Canada», a-t-il tonné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer