Une conque d'orchestre pour l'Amphithéâtre

Maestro Jacques Lacombe considère que la nouvelle conque... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Maestro Jacques Lacombe considère que la nouvelle conque à orchestre qui sera installée sous peu à l'Amphithéâtre Cogeco sera bénéfique à l'OSTR lors de son prochain rendez-vous sur cette scène.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Lors du prochain rendez-vous qu'il aura avec l'Amphithéâtre Cogeco, l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières pourra bénéficier de conditions améliorées puisqu'une conque à orchestre y sera installée cet automne, possiblement d'ici la fin octobre.

La conque à orchestre est un écrin aménagé autour d'un orchestre qui offre une projection et une définition maximales du son, l'empêchant de se perdre dans toutes les directions. Cet équipement permet non seulement de bien canaliser le son vers le public, mais il offre aussi un bien meilleur retour de son pour les musiciens qui sont à l'oeuvre sur scène.

À l'Amphithéâtre Cogeco, cette conque sera installée sur des praticables qui se hisseront lorsque cet équipement sera inutile et qui se rabaisseront pour entourer l'orchestre en cas de besoin. Dans certains cas, la conque permettra d'ailleurs d'éviter d'avoir recours à l'amplification, comme on a dû le faire lors du spectacle 100, Ave-nue des Draveurs, observe le directeur général des lieux, Steve Dubé.

Maestro Jacques Lacombe considère que l'OSTR y gagnera, tout comme le public. «Dans une cage de scène comme celle de l'Amphithéâtre, si on n'a pas de conque, une bonne partie du son va se perdre dans les hauteurs. La conque concentre le son et les musiciens peuvent s'entendre mieux entre eux», observe-t-il. Le chef d'orchestre donne pour exemple la conque en bois de la salle J.-Antonio-Thompson qui, depuis son installation en 2003, a pour effet de donner beaucoup plus de présence sonore, dit-il. «Je n'étais pas là avant la conque, mais je sais qu'une bonne partie du son se perdait dans les rideaux et qu'à partir du moment où ils ont eu l'équipement, on a noté un beau changement dans la sonorité de l'orchestre. L'effet sera peut-être encore plus prononcé à l'Amphithéâtre du fait que le volume de la cage de scène est plus grand et que le lieu n'est pas fermé comme à la salle Thompson.»

À l'Amphithéâtre, il était prévu que la conque soit installée lors de l'inauguration des lieux, mais dans les dédales des travaux d'ouverture et devants les délais restreints auxquels ils ont fait face, les responsables de l'Amphithéâtre ont préféré retarder cette installation. On estime aujourd'hui que les travaux devraient débuter quelque part en octobre et qu'ils s'échelonneront sur deux semaines, après quoi la conque sera disponible pour qui voudra l'utiliser la saison prochaine, notamment pour l'équipe qui pourrait créer la deuxième édition du spectacle 100, Avenue des Draveurs. C'est à tout le moins une possibilité qui est sur la table actuellement pour la programmation de l'été prochain. Devant le succès de ce spectacle cette année, on songe sérieusement à reprendre le concept l'an prochain, avance Steve Dubé.

Le cas échéant, maestro Jacques Lacombe verrait le tout d'un bon oeil pour l'OSTR, lui qui a bien apprécié la participation de son ensemble lors du spectacle de cet été. «C'était un peu la rencontre de deux univers et la collaboration a été très plaisante. Je trouve que le concept du spectacle créé par Véronique Marcotte était bien fait avec des numéros très touchants, d'autres plus enlevants, de la poésie et tout. J'ai trouvé qu'elle avait fait un très beau spectacle», commente-t-il. «S'il y a une autre édition, il est certain qu'on sera partie prenante et que nous serons des partenaires de premier plan.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer