L'humour se refait une place à Saint-Tite

Jean-Marc Parent a fait ce qu'il fait le... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Marc Parent a fait ce qu'il fait le mieux: raconter des anecdotes dans un style qui lui est unique. Peu d'humoristes savent tourner des anecdotes comme lui, sur le ton constant de l'improvisation même si c'en est rarement.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Il y avait un bail qu'on avait délaissé l'humour au Festival western de Saint-Tite mais le rire a fait un retour qu'on pourrait qualifier de triomphal jeudi soir au Country Club Desjardins. Le comité organisateur a misé sur Jean-Marc Parent pour dérider 1400 festivaliers et il pouvait difficilement faire un meilleur choix.

Pourquoi lui plutôt qu'un autre? Le caravaning, évidemment. Parent est un fan de l'activité et Saint-Tite en est présentement un haut lieu mondial. Le pari du succès pour les programmateurs était déjà gagné une heure et quart avant le début de la représentation puisque la file de spectateurs en attente s'allongeait sur plus d'une centaine de mètres, jusqu'à tourner le coin de l'entrée du terrain du Sportium et s'étirer longuement sur la rue Saint-Joseph. L'humoriste était attendu, donc.

Il n'a apparemment déçu personne. Même qu'il a attiré une foule composée de plus de jeunes que les autres spectacles de la semaine dans le Country Club Desjardins. En fait, Jean-Marc Parent réunit tous les groupes d'âge.

Il n'a pas repris à l'intégral son dernier spectacle. Il a fait ce qu'il fait le mieux: raconter des anecdotes dans un style qui lui est unique. Peu d'humoristes savent tourner des anecdotes comme lui, sur le ton constant de l'improvisation même si c'en est rarement.

Il a commencé son spectacle avec des considérations sur Saint-Tite qu'il ne pouvait pas ne pas improviser, au moins en partie. Il a déconné sur la circulation, la chaleur du Country Club, encore tropicale jeudi soir. Le tout émaillé d'interpellation de gens dans le public. La formule est utilisée à outrance par trop d'humoristes mais Parent est un maître, peut-être le meilleur. Il a un sens de la répartie exceptionnel et une façon de faire rire sans ridiculiser les gens qu'il a dans sa mire.

Globalement, Jean-Marc Parent élabore ce qu'on pourrait appeler un humour de proximité. Il reste toujours proche des gens dans ses observations, dans ses sujets, dans sa façon de les rendre. Il crée un lien très fort avec son public et ça n'a pas raté jeudi. Le public de Saint-Tite enjoué et sans façon lui allait à merveille. Il a donc raconté ses histoires comme on le fait avec des amis: des histoires de cul, d'autres sur l'obsession de rester jeune, les gens qui ne savent pas conduire, la forme physique, les sempiternelles différences hommes-femmes, etc. Toujours en sautant du coq à l'âne, toujours avec un art consommé de la mimique et du ton comique.

Parent a remercié à plusieurs reprises la direction du Festival qui a accepté d'augmenter la puissance du système de son à sa demande. Et il s'est payé une gâterie en le mettant à l'épreuve: il a pris une pause musicale d'une dizaine de minutes. Musique techno à fond la caisse. Les basses sonnaient comme la foudre qui tombe dans votre salon. Des basses qui résonnaient dans la poitrine assez pour faire se décomposer des plombages dans votre bouche et vous faire exploser l'aorte. Complètement dingue. La foule s'est levée pour danser sur les rythmes hypnotisants. Parent était content.

Il a poursuivi la narration d'anecdotes par la suite mais a eu un peu de difficulté à retrouver son rythme. Le spectacle a duré on ne sait trop combien de temps puisqu'il nous a fallu quitter avant la fin de la représentation pour écrire ce texte mais Parent avait suggéré qu'il puisse défoncer le temps qui lui était imparti par les organisateurs, sa spécialité. Il a reçu une approbation incontestable du public.

En mettant un spectacle d'humour à la programmation, les organisateurs ont voulu apporter une touche de nouveauté, a clamé la présidente du festival Josée Saint-Pierre dans sa présentation de l'humoriste. À la lumière du succès obtenu et de la disponibilité du public à rigoler un bon coup, on peut croire que Saint-Tite pourrait en faire une habitude au cours des éditions à venir. Personne ne s'en plaindra.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer