Alain Lefèvre célèbre Gershwin

Le pianiste Alain Lefèvre.... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le pianiste Alain Lefèvre.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux semaines après avoir participé au grand rassemblement musical célébrant l'ouverture de l'Amphithéâtre Cogeco, maestro Jacques Lacombe retrouve ses musiciens ce samedi pour inaugurer sa 10e saison à la barre de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

Les stagiaires du Conservatoire de musique de Trois-Rivières:... - image 1.0

Agrandir

Les stagiaires du Conservatoire de musique de Trois-Rivières: Laurianne Bouchard, Ludovik Lesage-Hinse, Maude Fréchette, Ïoan Bastarache, Miguel Labbé et Camille St-Pierre.

C'est le pianiste Alain Lefèvre qui sera le premier invité de la saison. Il interprétera le Concerto en fa de Gershwin, tandis que l'orchestre livrera la Symphonie fantastique de Berlioz en deuxième partie de programme.

L'américain George Gershwin occupe une place particulière autant dans le répertoire du jazz et des comédies musicales que dans celui de la musique dite classique. Son habileté à mêler les genres et les influences le situe dans une classe à part. Jacques Lacombe compte parmi les nombreux musiciens qui ont été séduits par la créativité dont a fait preuve le compositeur à qui l'on doit entre autres l'opéra folk Porgy and Bess, duquel est tiré le fameux Summertime, ainsi que l'oeuvre de concert Rhapsody in Blue.

«Gershwin combine deux intérêts que j'ai: le jazz et la musique symphonique. Je n'aurais pas imaginé que quelqu'un puisse écrire pour un orchestre dans un langage moderne et américain avec des touches jazz», commente M. Lacombe qui utilise l'expression «choc artistique» pour qualifier sa découverte de Gershwin alors qu'il étudiait en musique.

«Rhapsody in Blue est une espèce de collage de différents thèmes avec quelque chose d'un peu plus libre, d'un peu proche du jazz. Le Concerto en fa, écrit après la Rhapsody, est beaucoup plus affirmé comme style. Cette oeuvre a permis à Gershwin d'être considéré comme un grand compositeur de musique sérieuse»», décrit le chef de l'OSTR en faisant remarquer que Gershwin était à peu près le seul à son époque à intégrer les formules du jazz dans ses constructions musicales plus symphoniques.

C'est à Alain Lefèvre que Jacques Lacombe a confié l'interprétation du concerto écrit en 1925. La dernière présence d'Alain Lefèvre avec l'OSTR remonte à mars 2010, alors qu'il avait livré sous la baguette de Gilles Bellemare le quatrième concerto d'André Mathieu, tel que reconstitué par maestro Bellemare à partir de fragments de mélodies.

«J'avais fait Rhapsody in Blue avec Alain Lefèvre à l'Orchestre symphonique de Montréal. Puis Alain est venu à l'OSTR pour le concerto d'André Mathieu, et c'était normal que Gilles Bellemare dirige ce concert! On souhaitait de nouveau travailler ensemble, Alain et moi, et je savais qu'il avait le concerto de Gershwin dans son répertoire», raconte Jacques Lacombe en commentant le choix du pianiste invité.

En deuxième partie de programme, le chef propose la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz. Composée en 1830, cette oeuvre porte le sous-titre d'Épisode de la vie d'un artiste... en cinq parties et s'inscrit dans le genre nommé «musique à programme». En effet, le compositeur avait rédigé un scénario descriptif évoquant successivement la passion amoureuse, le tumulte d'une fête, la contemplation pastorale, la surdose d'opium et «l'orgie diabolique» d'une ronde du sabbat...

«La musique à programme est comme un opéra dans lequel on aurait enlevé les paroles. Dans sa Symphonie fantastique, Berlioz parle d'un jeune musicien amoureux, ce qui reflète un peu sa vie, lui qui était amoureux d'une actrice shakespearienne. Le thème qui revient est celui de l'idée fixe par rapport à cette passion», explique Jacques Lacombe, qui considère Berlioz comme «un des plus grands maîtres de l'orchestration».

Ce premier concert permettra à six stagiaires du Conservatoire de musique de Trois-Rivières de faire leurs débuts avec l'OSTR. Cette nouvelle forme de collaboration se substitue cette année à la traditionnelle participation de la classe d'orchestre dans un des concerts de la saison de l'OSTR. Pour cette formule, six élèves de niveau avancé ont été sélectionnés à la suite d'auditions, et vivront toute l'expérience d'un concert de musicien d'orchestre professionnel.

mj.montminy@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer