• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Progression en prestige et en notoriété pour la biennale d'estampe 

Progression en prestige et en notoriété pour la biennale d'estampe

La directrice artistique Élisabeth Mathieu, au micro et... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

La directrice artistique Élisabeth Mathieu, au micro et la présidente Jo-Ann Lanneville, en arrière-plan, ont tracé un bilan très positif de la 9e Biennale internationale d'estampe contemporaine mardi.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Il était temps, mardi, de tirer un bilan de la 9e Biennale internationale d'estampe contemporaine. Or, la direction de l'événement a constaté le succès de l'événement qui a accueilli 11 850 personnes, soit une hausse de 150 personnes par rapport à la dernière édition il y a deux ans.

Toujours au chapitre de la fréquentation, l'événement a globalement attiré 36 000 visiteurs si on ajoute aux entrées des quatre principaux lieux d'exposition les gens qui ont participé aux dix expositions et événements parallèles. C'est une baisse très considérable par rapport aux 82 000 spectateurs de 2013 mais il importe de remettre les chiffres dans leur contexte.

D'abord, on a présenté au moins cinq événements parallèles de moins cette année mais le gros facteur expliquant cette diminution, c'est la baisse de fréquentation au Musée québécois de culture populaire. Il y a deux ans, on y avait profité d'un achalandage record avec la présentation de son exposition La Petite Vie. Comme une entrée donnait accès à toutes les expos en place, incluant celle liée à la BIECTR, on a comptabilisé les 43 000 estivaux visiteurs du musée dans les chiffres de la Biennale de 2013. Si on présentait un exposition au MQCP encore cette année, on n'y a pas connu une affluence de même ampleur, beaucoup s'en faut.

La direction de la BIECTR estime que dans l'ensemble, 60 % des visiteurs provenaient de l'extérieur de la Mauricie et 20 % de l'extérieur même du pays.

La conférence de presse de bilan de l'événement a été l'occasion de dévoiler le nom des récipiendaires du prix du public et de celui remis par l'atelier-galerie A. Piroir. Dans ce dernier cas, c'est l'artiste Hélène Latulippe qui profitera d'une résidence suivie d'une exposition à l'atelier montréalais. Pour ce qui est du Prix Société Immobilière Duguay, celui du public remis à l'artiste dont l'oeuvre a été la préférée du plus grand nombre de visiteurs parmi les 833 qui ont voté, il a été décerné à la Française Ariane Fruit.

Les dirigeants de la Biennale ont donc fait le bilan d'un beau succès qui se mesure par la participation populaire mais également par la qualité de l'événement de 2015.

«Pour nous, dit la présidente Jo-Ann Lanneville, le succès, ce n'est pas qu'une question de nombre de visiteurs mais d'autres facteurs pas toujours apparents. Par exemple, nous avons noté avec grand plaisir que nous avons eu beaucoup plus de commentaires de la part des visiteurs que par le passé et c'est très positif parce que ça suggère que les gens se sentent de plus en plus à l'aise de s'exprimer sur les oeuvres, ce qui est un des objectifs de l'événement qu'on veut rapprocher du grand public. On peut aussi penser que les gens s'y connaissent de plus en plus. On a aussi eu droit à une plus importante couverture médiatique hors de la région et même hors du pays par le biais de revues spécialisées, notamment, ce qui démontre que nous avons acquis une notoriété et un prestige important.»

«On a de grands artistes internationaux qui s'inscrivent à notre événement mais aussi de jeunes artistes en début de carrière et le grand gagnant de la Biennale de cette année, Mehdi Darvishi, n'a que 26 ans. Nous sommes au centre des nouvelles tendances et des nouvelles réflexions qui marquent le monde de la gravure.»

Si on a diminué le nombre d'événements parallèles, on n'exclut pas d'en ramener d'autres l'an prochain pour le dixième anniversaire.

«On mise beaucoup sur la qualité des événements proposés et on en a eu pour notre argent cette année. On a offert une programmation riche et très variée mais il n'est pas dit qu'on n'en augmentera pas le nombre l'an prochain.»

francois.houde@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer