• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Un Trifluvien crée une pièce de collection pour la Monnaie royale canadienne 

Un Trifluvien crée une pièce de collection pour la Monnaie royale canadienne

Artiste verrier, le Trifluvien Loic Beaumont Tremblay a... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Artiste verrier, le Trifluvien Loic Beaumont Tremblay a réalisé une pièce originale pour la Monnaie royale canadienne qui combine le métal et le verre.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'artiste verrier trifluvien Loïc Beaumont-Tremblay ne reçoit probablement pas encore toute l'attention qu'il mérite mais les choses pourraient changer grâce à son association avec la Monnaie royale canadienne. L'artiste a réalisé le design ainsi qu'une portion d'une pièce de monnaie de collection intitulée L'univers que l'organisme national a mis en vente en juillet dernier.

Plusieurs éléments dans cette réalisation en font une oeuvre unique. D'abord, il s'agit d'une pièce de monnaie qui combine le métal et le verre et c'est dans son atelier trifluvien, le Pouce Verre Studio, que Loïc Beaumont-Tremblay réalise la portion en verre de chaque pièce. Grâce à une technique très sophistiquée qu'il a développée ces dernières années et impliquant notamment l'utilisation de la fumée d argent pur, le jeune homme de 33 ans arrive à créer un dessin à l'intérieur même du verre qui, dans le cas qui nous intéresse, donne l'impression d'une vue de l'espace marquée par la présence d'une énorme planète colorée au premier plan.

Il est impossible de reproduire à l'exact le dessin en couleurs que le verrier arrive à créer par quelques prouesses techniques donc, chaque pièce est parfaitement unique. Cela devrait favoriser une hausse de sa valeur sur l'important marché des numismates. Par ailleurs, l'utilisation de certains matériaux très particuliers lui permet de créer une image de l'espace dont les couleurs et les étoiles sont luminescents, ce qui constitue une première mondiale dans l'univers de la monnaie.

Les 8500 pièces produites ont une valeur nominale de 20 $ mais sont vendues 150 $ par la Monnaie royale canadienne et après bientôt deux mois sur le marché, 90 % de ces pièces exceptionnelles ont déjà été vendues.

Un des facteurs qui a rendu les produits de Loïc Beaumont-Tremblay uniques et intéressants, c'est l'utilisation d'un verre particulier, le borosilicate, verre utilisé dans la confection de produits scientifiques à cause de sa très grande résistance. «C'est la première pièce de monnaie au monde en borosilicate et la première aussi contenant des éléments luminescents. Je suis tombé en amour avec ce verre-là il y a treize ans quand j'ai vu toutes les possibilités qu'il offrait. Il résiste à de très hautes et basses températures, aux changements, aux chocs, aux acides, etc.»

C'est notamment ce verre qu'on utilise pour fabriquer les lentilles de télescopes, précisément pour ces propriétés exceptionnelles. C'est d'ailleurs là que l'artiste trifluvien a trouvé son inspiration pour le design de la pièce de monnaie qui représente l'observatoire du Mont Mégantic sous un ciel étoilé, marqué par la présence d'une gigantesque planète colorée.

Artisan, il fréquente assidûment les salons de métiers d'art où ses bijoux sont particulièrement appréciés tant pour leurs couleurs et designs uniques que pour leur résistance qui en font, bien qu'ils soient en verre, des bijoux pour la vie. Or, sa sélection par la Monnaie royale canadienne devrait lui être très bénéfique non seulement pour la visibilité que la distribution mondiale de la pièce va lui apporter mais aussi pour sa réputation. Le processus menant à sa sélection par l'organisme national, extrêmement bien coté dans les milieux spécialisés, est très rigoureux. Non seulement l'artiste a dû surpasser d'autres concurrents par la valeur de son design, mais il a dû répondre à des exigences techniques très élevées validées par plusieurs visites de son atelier en cours de production de la part d'inspecteurs mandatés par la Monnaie royale. «Ça a une grande valeur pour moi parce que, fait très rare, mes initiales sont inscrites sur la pièce parce que je suis non seulement celui qui a réalisé le verre mais aussi l'auteur du design.»

La fabrication comme telle des pièces a impliqué la participation de trois à quatre personnes pendant trois mois. L'artiste vise maintenant une percée sur divers marchés internationaux avec plusieurs des concepts qu'il a mis de l'avant tout en maintenant une production constante de ses produits en vente dans diverses boutiques au Québec. Il demeure aussi très présent dans divers salons de métiers d'art mais a désormais sa propre boutique de vente en ligne au www.pouceverre.com où on peut se procurer une ou l'autre de ses très nombreuses créations dans une multitude de styles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer