100, Avenue des Draveurs: fébrilité et enthousiasme

Les artistes qui fouleront la scène de l'Amphithéâtre...

Agrandir

Les artistes qui fouleront la scène de l'Amphithéâtre Cogeco ce soir à l'occasion du grand rassemblement musical 100, Avenue des Draveurs étaient fébriles hier après-midi à la veille du spectacle.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Ce qui est offert au niveau événementiel à Trois-Rivières est unique», affirmait vendredi le directeur de la Corporation des événements de Trois-Rivières Steve Dubé, 24 heures avant le spectacle 100, Avenue des Draveurs, sorte de baptême officiel de l'Amphithéâtre Cogeco. Ce bouillonnement événementiel sera particulièrement effervescent cette fin de semaine avec la tenue, aussi, des Délices d'automne et de la dernière étape de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

Vendredi après-midi, la fébrilité était palpable à l'amphithéâtre, alors que pratiquement tous les artistes ont quitté les répétitions pour rencontrer la presse dans une salle des loges. De Fabiola Toupin à Karim Ouellet en passant par Steve Hill, Alexandre Désilets, QW4RTZ, David Goudreault, Maritza, Maestro Jacques Lacombe, DJ Kat et Guillaume Marchand, les artistes à l'affiche du spectacle mis en scène par Véronique Marcotte partageaient un enthousiasme évident.

«C'est un spectacle auquel on pense depuis longtemps. On l'avait sur papier mais là, de voir tout le monde arriver et de constater que la chimie opère et que tout le monde est enthousiaste, c'est merveilleux», confirmait Steve Dubé.

La plupart des artistes à qui nous avons parlé ont spontanément mentionné l'expérience de partager la scène avec l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières. Dans leurs réflexions se combinent un émerveillement, mais aussi un certain soulagement après avoir constaté que de travailler sous la baguette d'un chef de la trempe de Jacques Lacombe n'est pas si stressant qu'anticipé...

Guillaume Marchand, le claviériste du house band qui accompagnera également les chanteurs, disait vendredi avoir «vraiment hâte» à ce soir. «C'est un genre de thrill de jouer avec l'orchestre symphonique. Je suis très, très fébrile! Ce sont deux univers qui se rencontrent, un plus classique et l'autre plus rock, et la dynamique est vraiment bonne, tout le monde est ouvert», appréciait-il après les premières répétitions.

Pour Alexandre Désilets, «le stress est tombé» après ces premiers contacts qui ont révélé une belle fluidité dans les collaborations entre les différents artistes. «Tout le monde est réceptif et à l'écoute», observait-il, ce à quoi le slameur et auteur David Goudreault ajoutait: «L'intention sera plus émotive que technique. Nous ne sommes pas là pour montrer des prouesses techniques. C'est pour la rencontre.»

Pour sa part, Karim Ouellet est charmé par les relectures de ses chansons: «Le fait de les interpréter avec l'orchestre symphonique avec des nouveaux arrangements, c'est comme si j'écoutais les chansons de quelqu'un d'autre!» Heureux de fouler la scène de l'amphithéâtre pour cette célébration particulière, le bluesman trifluvien Steve Hill faisait également remarquer que ce sera la première fois qu'il jouera avec un orchestre symphonique en carrière.

La doyenne des artistes invités, Ginette Reno, a elle aussi souligné la richesse qu'ajoute un tel accompagnement. «On ne fait pas ça souvent. C'est une grande joie, un plaisir immense de jouer avec un orchestre. C'est une des raisons pour lesquelles j'ai accepté de faire partie du spectacle», confiait-elle vendredi.

Les délices d'automne et la Classique

La Corporation des événements de Trois-Rivières chapeaute aussi l'organisation des Délices d'automne, le rendez-vous qui attirera les épicuriens au parc portuaire jusqu'à lundi. «Cette année, on a un record de 55 kiosques. On a amélioré la fluidité du site et on a une belle diversité», note Steve Dubé, qui veille au bon déroulement des Délices d'automne et des deux représentations du spectacle à l'amphithéâtre.

«Imaginez la belle journée que les gens peuvent passer, en allant aux Délices puis au spectacle à l'amphithéâtre!», suggère M. Dubé, qui pourra compter sur la collaboration de la météo pour cette fin de semaine de trois jours riche en activités.

Lundi après-midi à l'île Saint-Quentin, les Trifluviens et les visiteurs pourront assister à l'arrivée des canotiers qui auront descendu la rivière Saint-Maurice de La Tuque à Trois-Rivières dans le cadre de la 82e Classique internationale de canots de la Mauricie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer