• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Plus que quelques jours pour voir la papemobile à Nicolet 

Plus que quelques jours pour voir la papemobile à Nicolet

Le directeur général du Musée des religions du... (Photo: Sylvain mayer)

Agrandir

Le directeur général du Musée des religions du monde de Nicolet Jean-François Royal devant la papemobile.

Photo: Sylvain mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Il ne reste plus que quelques jours au public pour aller voir la papemobile au Musée des religions du monde de Nicolet. Le véhicule ayant servi lors de la visite de Jean-Paul II au Québec en 1984 sera encore en montre jusqu'au 7 septembre, inclusivement, après quoi, il quittera Nicolet à destination de son domicile permanent, le Musée des sciences et technologies du Canada, à Ottawa.

On calcule que c'est plus de 15 000 personnes qui auront vu le véhicule au cours des quatorze mois passés à Nicolet. Il a notamment profité d'un achalandage au-dessus de la moyenne au Musée des religions du monde cet été puisque le coût d'entrée donne accès aux cinq expositions et que Tu ne tueras point connaît un beau succès.

Selon le directeur du Musée, Jean-François Royal, beaucoup de gens qui voulaient voir la papemobile ont reporté leur visite, croyant que le véhicule serait à Nicolet pour toujours puisqu'on a construit une nouvelle aile à l'établissement pour l'accueillir.

«On a souvent dû corriger les gens en précisant que la papemobile ne serait là que jusqu'au 7 septembre 2015. On comprend la confusion parce que la nouvelle aile a été terminée tout juste à temps pour recevoir la voiture mais cette portion de l'édifice deviendra une réserve pour y entreposer nos différentes collections au cours des prochains mois.»

L'exposition sur la visite du pape Jean-Paul II n'a pas connu tout le succès espéré lors de son premier été de présentation mais l'été 2015 a été nettement meilleur au guichet de l'institution nicolétaine, grâce à l'exposition autour de la Grande Guerre.

«Disons qu'on misait sur la nostalgie de ceux qui avaient vécu la visite du pape en tant qu'enfants ou adolescents, d'expliquer Jean-François Royal. Finalement, ce sont des gens plus âgés qui semblent avoir été marqués par cette visite parce que ce sont surtout eux qui sont venus voir l'exposition. De l'expérience globale,on retient que tout est possible puisqu'on a réussi à trouver le financement pour agrandir le musée et accueillir la papemobile dans de nouveaux locaux alors qu'on n'avait pas du tout d'argent au départ.»

francois.houde@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer