ZZ Top à l'Amphithéâtre Cogeco: tout un baptême!

Si les deux chanteurs de ZZ Top ne... (PHOTO: STÉPHANE LESSARD)

Agrandir

Si les deux chanteurs de ZZ Top ne se démènent pas beaucoup sur scène, ils génèrent assez de décibels et d'énergie pour créer tout un party dans une foule.

PHOTO: STÉPHANE LESSARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le baptême musical de l'amphithéâtre Cogeco a eu lieu vendredi soir. La cérémonie a été laissée aux bons soins du révérend ZZ Top qui y a mis tout le décorum qui convenait en pareilles circonstances.

Le groupe Blackberry Smoke a cependant eu l'honneur d'être le premier à tester le système de son de l'immense infrastructure. Un honnête tour de chauffe par un groupe nettement plus porté sur le rock à tendance country que sur le blues de leurs prestigieux successeurs sur la scène. Le groupe d'Atlanta a eu la politesse des rois et a attaqué ses premiers accords sur le coup des 20 h tel que programmé. Ces premières notes n'ont trouvé qu'un auditoire plus que clairsemé puisque l'amphithéâtre ne devait guère être occupé qu'au dixième de sa capacité. Trente minutes plus tard, la voix de Charlie Starr, chanteur à la pilosité faciale prometteuse dans une perspective zztopienne, ne frappait plus beaucoup de bancs vides.

D'accord, Blackberry Smoke n'a pas constitué une épreuve énorme pour le système mais on a dès lors pu constater que celui-ci en a dans le ventre. Ne lui manquait plus qu'un petit band du Texas pour le pousser un peu plus loin.

Avec son entrée en scène passablement tonitruante, ZZ Top a d'emblée établi ses paramètres avec She got Me Under Pressure pour lancer les hostilités. 

Ce sont eux que le public trifluvien était venu voir et il n'a pas hésité une seconde à se lever d'un bloc avec l'entrée en scène des deux barbus et de leur batteur. Les sièges sont soudainement devenus superflus et rares sont ceux qui se sont rassis à un moment ou un autre du spectacle de 90 minutes.

Si ni Billy Gibbons, ni Dusty Hill n'a la voix de ses vingt, ou même de ses quarante ans, les deux ont semblé trouvé de la puissance et du registre à mesure que la soirée avançait et qu'ils se réchauffaient.

Les deux vieux routiers ont parcouru leur large répertoire en passant du blues intégral au rock bien juteux avec l'aisance que donne plusieurs décennies de métier et de bien courtes pauses entre chaque chanson. Il faut dire que les Texans sont des hommes de peu de mots et qu'ils ont gardé le dialogue au minimum. Le français aussi, se contentant de quelques «Meurcé!» en réponse aux applaudissements des fans.

Si quelqu'un s'est posé la moindre question quant aux capacités du système de son de l'amphithéâtre à cracher les décibels nécessaires pour allumer quelques milliers de fans de blues rock, le doute n'est plus permis aujourd'hui. Les guitares nous rentraient dans les tripes même dans la partie la plus éloignée de la surface gazonnée et la batterie cognait d'une façon absolument incroyable pour les soutenir.

Non seulement le blues rock de ZZ Top a sonné comme la tonne de brique promise par le directeur de la Corporation des événements de Trois-Rivières Steve Dubé, mais les trois bonshommes ont vraiment allumé un feu dans la dernière portion de leur prestation. Ils ont travaillé leur public au corps pendant toute la soirée avant de lui asséner quelques hits majeurs pour les achever. Les gens ont adoré. 

Les gars de ZZ Top traînent leur carcasse depuis trop longtemps pour ne pas posséder leur artisanat jusqu'au bout des doigts.

Difficile de trouver plus évident party pour lancer les activités musicales à l'amphithéâtre. Ce n'est peut-être pas la musique la plus proche de la culture québécoise, mais pour créer un party sans prétention pour un vaste public, ça ne rate pas.

C'était la première fois que la direction de l'amphithéâtre affrontait autant de monde pour un événement. Steve Dubé semblait tout simplement serein entre les deux spectacles présentés vendredi. Il rencontrait des amis, serrait des mains avec un grand sourire aux lèvres. «On a annoncé de la pluie quasiment toute la semaine, finalement, il s'est mis à faire beau ce midi (vendredi) et on a une soirée parfaite. Je ne peux pas demander mieux. Je vois le sourire dans le visage des spectateurs et je vois bien qu'ils sont très contents. On l'est nous aussi. L'ambiance, c'est extraordinaire.»

Il affirmait ne pas avoir les chiffres finaux de ventes de billets mais on se doute bien que la vente des billets qu'il restait à écouler, dans la portion gazonnée de l'amphithéâtre, allait être très étroitement liée aux conditions atmosphériques. Quand le soleil s'est fait insistant dans l'après-midi, on se doute que la demande a dû exploser. «On n'a pas enregistré de problème ou de surchauffe du système, d'indiquer Dubé. Tout a bien fonctionné. Par ailleurs, c'est vrai qu'on n'avait jamais eu autant de monde pour les spectacles du Cirque du Soleil, mais ça n'a pas exigé une gestion tellement plus compliquée. J'avais hâte de sentir l'amphithéâtre vibrer pour un spectacle de musique et franchement, je suis impressionné.»

«On ne pourrait pas être plus satisfaits.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer