«L'Amphithéâtre a prouvé sa raison d'être»

«Mission accomplie», s'est réjoui mercredi le directeur de... (Olivier Croteau)

Agrandir

«Mission accomplie», s'est réjoui mercredi le directeur de l'Amphithéâtre, Steve Dubé, en dressant le bilan des vingt représentations du spectacle Le Monde est fou qui a inauguré les lieux.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) À l'occasion de sa toute première production à vie, l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières a accueilli quelque 64 000 personnes au cours des vingt représentations du spectacle Le Monde est fou cet été, un achalandage qui représente un taux d'occupation impressionnant de 96,5% . «On s'était fixé des objectifs, mais visiblement, on les a largement dépassés», observe le directeur des lieux, Steve Dubé.

Pour les dix dernières représentations de cet hommage à Beau Dommage, on a témoigné de salles combles alors que lors des dix spectacles précédents, on n'a pas connu de soirée de moins de 3000spectateurs, a-t-on annoncé mercredi en bilan de saison. Selon les chiffres recueillis, 66% de tous ces gens provenaient de l'extérieur de la Mauricie, notamment 12% du Centre-du-Québec, 10,65% de la Montérégie, 7,1% de Lanaudière, 6,97% de Montréal et 5,98% de Québec. À ces chiffres s'ajoutent également la présence de quelques Américains et Ontariens, note-t-on.

Avec de tels résultats, l'heure était inévitablement à la satisfaction, voire à l'émotion, mercredi après-midi dans le hall d'entrée de l'Amphithéâtre de Trois-Rivières du côté du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, et du directeur général de la Corporation des Événements de Trois-Rivières, Steve Dubé. Or, autant on apprécie les résultats de cette première expérience, autant on a déjà la tête à la deuxième production qui, l'an prochain, sera de nouveau l'oeuvre de 45DEGREES, la compagnie des événements spéciaux du Cirque du Soleil.

La réflexion est bien amorcée en ce sens. En effet, au-delà des noms qui circulent, le consensus a d'ores et déjà été fait autour de l'artiste ou du groupe d'artistes qui pourraient faire l'objet de cette deuxième production et les démarches auprès de ces gens ont déjà été amorcées, indique M.Dubé. Les négociations peuvent s'allonger parfois du fait que les redevances n'appartiennent pas toujours entièrement aux artistes, ce qui rend la tâche un peu plus complexe, observet- il, mais si ces approches sont concluantes, on annoncera leur identité prochainement.

«Ce sera un spectacle complètement différent, mais aussi spectaculaire», indique le maire Yves Lévesque, qui conseille vivement aux gens d'acheter leurs billets rapidement l'an prochain. À l'écouter, il y a aussi fort à parier que les billets seront mis en vente bien avant le mois de février cette fois, ce qui devrait leur laisser le temps de prévoir des supplémentaires, temps qui a manqué cette année.

Un post-mortem sera fait par ailleurs cet automne pour apprendre de la saison 1, notamment sur le fait qu'on a refusé beaucoup de monde lors des dernières représentations. «Jusqu'où on aurait été capable d'aller plus loin?

Jusqu'où on aurait été capable de remplir des supplémentaires, on ne pourra jamais le déterminer», dit M.Dubé. «C'est une première année, c'est une année d'apprentissage, mais rendu là, c'est un beau problème.»

La possibilité de reprendre Le Monde est fou en 2016 est toujours sur la table, ajoute-t-il. «On va réfléchir là-dessus, mais ce qui est certain, c'est qu'il y aura un nouveau show l'an prochain. Notre entente est stipulée comme ça, c'est ce qu'on dit depuis le début et c'est ce qu'on va faire.»

Dans les conclusions positives qu'on a déjà tirées, Steve Dubé retient le haut taux de satisfaction des gens à l'égard des pastilles qui ont composé un circuit piétonnier pour se rendre du centre-ville à l'Amphithéâtre. Même chose à l'égard des stationnements supplémentaires, des navettes qui ont été utilisées par quelque 3700 personnes au cours des 20 représentations et des vélos-taxis qui ont été utilisés par 2500 personnes. Mais surtout, il est particulièrement fier des membres du personnel (temporaires et permanents) qui ont assuré le service à la clientèle. Il salue notamment la passion et la détermination de sa garde rapprochée dans les moments de difficulté et de doute.

Mercredi en conférence de presse, le maire trifluvien n'avait qu'un mot en tête: fierté. Yves Lévesque a vu le spectacle cinq fois, «mais plusieurs fois, je suis venu aussi me stationner pour voir cette quantité de gens qui marchaient vers l'Amphithéâtre et que je ne connaissais pas. Je connais presque tout le monde à Trois-Rivières et là, je ne les connaissais pas», dit-il, ajoutant qu'un autre de ses grands plaisirs était de s'installer à la sortie après une représentation pour entendre les commentaires des gens.

«Pour moi, le plus grand succès de tout ça, au-delà des chiffres et de l'équipement, ce sont les témoignages des gens. La plus belle réussite, c'est le nombre de wow'' qu'on a eus», dit-il, ne pouvant s'empêcher de décocher ici et là certaines pointes bien senties à l'égard de ceux qui se montraient plus sceptiques. «L'Amphithéâtre a prouvé sa raison d'être et pas juste pour Trois- Rivières, mais pour la Mauricie», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer