Un chemin dicté par la passion

Jean-Xavier Bois souhaite ne pas sauter d'étapes dans... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Jean-Xavier Bois souhaite ne pas sauter d'étapes dans sa vie professionnelle.

Photo: courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Jean-Xavier Bois est porté par la fougue. À 18 ans, il cumule déjà deux saisons de télévision, en plus d'avoir animé une émission de radio et d'avoir d'autres projets télé et radio sur la table à l'automne. Pour l'instant, il oeuvre dans le communautaire, mais dans sa tête, son plan de carrière est établi. Et ce ne sont pas les épreuves qui vont miner sa détermination.

C'est vers l'âge de 15 ans qu'il a commencé à être chroniqueur à TVCogeco, avant de proposer son propre projet alors qu'il était encore à l'école secondaire. «Je sais où je m'en vais. J'ai décidé d'écrire un concept et c'est l'émission qui a été choisie.» Jean-Xavier Bois vient tout juste de terminer le tournage de la deuxième saison de son talk-show jeunesse, Tiens-toi bin j'arrive!, qui sera diffusée dès l'automne.

Alors que la première saison était tournée de façon plus conventionnelle, dans les studios de la télévision communautaire, c'est à l'étage du Nord-Ouest Café, dans une formule «un peu plus trash», que se sont tournées, en condensé, les dix émissions de la deuxième année. Un public d'une quinzaine de personnes assiste à chacune des émissions. Sur son plateau, il a reçu des invités tels que Cindy Bédard, Yan Boissonneault, Joanie Duquette, Daze, Around Joshua, Pépé et sa guitare, Steve Hill, Lazenby Project ou encore les propriétaires de Planète Poutine et des tatouages Frères d'Encre.

Cette année, le jeune homme a aussi mobilisé une partie des étudiants du programme Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière, où il vient de compléter une première année. L'émission Nous sommes à Jonquière est prévue pour l'automne à MAtv Saguenay-Lac-Saint-Jean. C'est également à Jonquière qu'il a animé l'Open cet hiver et où il animera également Westfalia cet automne, sur les ondes radiophoniques de CKAJ-FM.

Tous ces projets sont entièrement bénévoles. Jean-Xavier Bois n'a pas d'emploi d'été comme les autres de son âge. Il lui arrive de passer des samedis soirs à plancher sur un concept d'émission, mais il ne s'en plaint pas.

«Je fais ça pour la passion, pas pour l'appât du gain. Je n'aurais aucun problème à rouler les dix prochaines années dans un système de télévision communautaire. Ma patience sera récompensée», explique-t-il. Jean-Xavier Bois ne pense pas participer à un projet plus de trois ans. «La vie est trop courte et il y a trop de projets que je veux réaliser.» Il a d'ailleurs plusieurs concepts en tête et sur papier qui ne demandent qu'à être produits.

«Il y en a qui me demandent pourquoi je ne fais pas des vidéos sur Internet. Je veux atteindre une certaine crédibilité. Oui je pourrais être vulgaire et rechercher la popularité, les vues et les likes, mais il y a un certain effet de feu de paille que je ne recherche pas. Je m'inspire de plans de carrière de gros artistes. Si je veux atteindre ce niveau-là, il faut vraiment que je monte graduellement, sans sauter d'étapes.» Dans sa «folie bornée», Jean-Xavier Bois aspire à animer, un jour, rien de moins que «la meilleure émission de télévision au monde», le tout dans un concept qui ne sera pas emprunté, mais bien créé de toutes pièces.

Après ses études, le jeune adulte planifie déjà d'aller faire son stage à Montréal. Pour le moment, il trouve qu'il n'y a pas beaucoup de place accordée aux jeunes qui souhaitent percer en région. «J'aimerais ça que la Mauricie se développe, qu'il y ait une plus grande visibilité pour les jeunes. Je vais toujours essayer de pousser cette relève artistique. Ce serait mon plus grand rêve d'avenir de montrer qu'on a des talents ici et qu'il faut en parler.»

Jean-Xavier Bois souhaite donc promouvoir son émission entièrement réalisée par un jeune d'ici et par le fait même faire parler de lui. «C'est bien de savoir qu'en région, on peut scorer des buts ailleurs que sur la glace, ou dans le lit», conclut-il de son humour bien à lui.

Réaliser ses rêves pour deux

Le jeune Trifluvien est le frère de la journaliste Anne-Sophie Bois de 23 ans, décédée tragiquement sous un bloc de glace au printemps, à Notre-Dame-du-Portage. Difficile de passer sous silence ce passage de sa vie lorsqu'on parle avec Jean-Xavier Bois. Ces frères et soeurs partageaient les mêmes intérêts. Jean-Xavier avait un amour sans fin pour sa grande soeur, qui lui a «tout appris».

«Ça a changé beaucoup de choses. La différence a été monstre. C'est comme si je m'étais dit, je vais réussir pour elle. Je vais réussir deux fois plus. Elle m'aide dans ce que je fais, c'était un ange avant même de le devenir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer