• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > La principauté d'Andorre s'intéresse à l'amphithéâtre Cogeco 

La principauté d'Andorre s'intéresse à l'amphithéâtre Cogeco

Le ministre du Tourisme et du Commerce de... (Olivier Croteau)

Agrandir

Le ministre du Tourisme et du Commerce de la Principauté européenne d'Andorre Francesc Camp Torres, à gauche, a effectué une visite de l'amphithéâtre Cogeco en compagnie du directeur général de la Corporation de l'amphithéâtre Steve Dubé mercredi après-midi.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'ouverture officielle de l'amphithéâtre Cogeco n'est vieille que de deux semaines que déjà, l'infrastructure attire l'attention de dignitaires étrangers. Francesc Camp Torres, ministre du Tourisme et du Commerce de la principauté d'Andorre était de passage à Trois-Rivières mercredi pour visiter les installations et assister au spectacle du Cirque du Soleil en soirée.

En après-midi, le représentant du gouvernement de la petite principauté européenne située entre l'Espagne et la France a exploré les installations en compagnie du maire Lévesque et du directeur de la Corporation de l'amphithéâtre Steve Dubé. M. Camp Torres était intéressé tant par la formule mise de l'avant pour sa gestion que par l'édifice lui-même dont le gouvernement de la principauté pourrait s'inspirer dans la construction d'une nouvelle infrastructure.

C'est sous un chapiteau qu'Andorre accueille depuis trois ans un spectacle unique du Cirque du Soleil et on songe à lui offrir un écrin permanent. C'est d'ailleurs les gens du Cirque qui ont suggéré aux autorités de venir jeter un coup d'oeil sur l'amphithéâtre trifluvien. Ce tout petit état indépendant de quelque 85 000 habitants reçoit annuellement près de huit millions de touristes, ce qui fait de ce secteur un des piliers de son économie.

«Avec 25 % de notre PIB qui vient du tourisme, c'est le principal secteur économique du pays, d'indiquer le ministre aux journalistes venus le rencontrer. Le Cirque du Soleil présente chez nous depuis trois ans un spectacle qui a beaucoup de succès et nous songeons à nous doter d'une infrastructure de spectacle fixe qui pourrait leur servir et où nous pourrions aussi accueillir d'autres spectacles. Pour faire croître le tourisme, nous devons présenter plus d'événements et la construction d'un amphithéâtre apparaît comme un bon moyen pour y parvenir. On pense à une infrastructure plus petite que la vôtre avec autour de 5000 places dont 2500 assises.»

«Nous n'en sommes encore qu'au processus de réflexion, de poursuivre M. Camp Torres, mais nous voulons miser sur la culture en complément des activités de plein air et thermales pour faire croître l'industrie touristique. Nous aimerions bien bâtir un amphithéâtre pareil au vôtre mais je doute que l'état d'Andorre puisse se le payer. On pourrait cependant mettre sur pied un concept de moindre envergure sur le même modèle quitte à considérer une infrastructure qui ne soit pas fixe. Tout dépendra des coûts.»

Le prestigieux visiteur s'est dit emballé par l'emplacement même de l'amphithéâtre, un espace très ouvert et très vaste de même que par les caractéristiques techniques du bâtiment qu'il a trouvé très bien conçu.

Située en altitude dans les Pyrénées, la principauté d'Andorre jouit d'un climat plutôt similaire au nôtre mais sans les froids extrêmes que nous connaissons de sorte que l'infrastructure projetée ne pourrait présenter des spectacles en plein air qu'entre mai et septembre ou octobre.

Comme à Trois-Rivières, le spectacle du Cirque du Soleil présenté à Andorre au cours du mois de juillet, change à chaque année. C'est là la clé de son succès selon le ministre. «Vingt pour cent des touristes qui assistent au spectacle reviennent d'année en année pour voir le nouveau spectacle. Nous voudrions prolonger notre entente avec le Cirque pour plusieurs années et en faire la base de la programmation artistique d'un nouvel amphithéâtre en y ajoutant des spectacles rock ou populaires pour rejoindre un large public. C'est pourquoi l'expérience trifluvienne est si pertinente pour nous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer