• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > 15e édition du festival Widewood: «se faire une belle fête» 

15e édition du festival Widewood: «se faire une belle fête»

Rami Renno, responsable de la programmation et de...

Agrandir

Rami Renno, responsable de la programmation et de la technique au Widewood festival, est l'un des instigateurs de l'événement lancé il y a quinze ans

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Si le festival Widewood était quelqu'un, ce serait probablement un grand adolescent trippeux de musique, un peu désinvolte, un brin écolo. Sans prétention, le festival de la solidarité musicale de Shawinigan rassemble les amateurs de musique pour une rencontre à l'échelle humaine. L'événement, qui a pris naissance dans la cour arrière d'un des organisateurs il y a quinze ans, conserve encore aujourd'hui son essence décontractée. Pour son édition 2015, qui se déroule du30 juillet au 2 août dans le secteur Saint-Georges-de-Champlain, Widewood invite à la découverte d'une vingtaine d'artistes.

«3 scènes. 25 bands. Ben d'l'amour.» C'est ainsi qu'on présente le festival sur son site Internet. Organisé par le Regroupement pour la solidarité musicale en Mauricie (RSMM), Widewood se distingue par son caractère communautaire et amical, qui permet la rencontre entre les artistes. On y retrouve la musique émergente sous plusieurs formes: reggae, folk, blues, rock électro, franco, anglo, planant, dansant, et autres.

«Ce n'est pas très formaté comme festival», explique Rami Renno, responsable de la programmation et de la technique. «C'est artisanal, on prend une couple de planches, on cloue ça, et on a une tente VIP.»

Si l'événement peut paraître un peu désorganisé à première vue, il n'en est rien quand on regarde la programmation. Plusieurs noms de la scène émergente y figurent, comme Jesse McCormak, Les Guerres d'l'amour, Jaune, Whisky Legs, PifPaf Hangover. On imagine facilement ces groupes sur de plus grandes scènes dans les prochaines années, comme ce fut le cas avec Elliot Maginot par exemple. Le site accueillera autant des groupes locaux que de l'extérieur. «La plupart ne sont pas connus, mais ils font ça sérieusement. C'est l'occasion de les découvrir», poursuit Rami Renno. De la région, on retrouve notamment Marianne B.L., Basile Seni, Dany Janvier, Yan Boissonneault, BradyCardie ou Valsalva. C'est Marc Déry, connu pour son groupe Zébulon, et ses invités qui ouvriront le bal jeudi soir à 22 h, précédé de Dan Lemay à 21 h.

En dehors du volet musical, on retrouve d'autres activités, comme les kiosques d'artisanat, des contes, le Tadam clown ou une démonstration de gymnastique. Le gagnant du concours de moustache sera dévoilé avant la clôture dimanche, juste après le championnat de fers. «Un moment que les personnes en mal d'absurde vont apprécier au plus haut point», assure l'organisateur.

Un party qui s'est agrandi

De fil en aiguille, le festival a pris de l'ampleur dans les dernières années et accueille autour de 3000 personnes aujourd'hui, selon la température. «Le premier Widewood, on a décidé ça quatre jours avant, il y avait quatre groupes. Quand c'est parti, on était trois à gérer tout ça.»

Aujourd'hui, une cinquantaine de bénévoles mettent la main à la pâte, par simple plaisir. «Le but ce n'est pas le profit, parce qu'on n'en fait pas. Le but c'est de se faire une belle fête. Les groupes aussi viennent ou reviennent par plaisir.»

Même si le nouvel emplacement situé au 1320, 95e Avenue à Saint-Georges-de-Champlain «n'a pas le cachet aussi absurde» que le premier, situé dans une cour arrière à Saint-Boniface dans un champ entouré de moutons, l'équipe se devait de trouver un site plus grand. «C'est une ambiance qui nous plaisait, on a essayé de la conserver.»

Selon l'organisateur, le festival de la solidarité musicale se distingue par la confrérie entre les musiciens. «C'est différent des autres, pour en avoir fait plusieurs, chacun a son ambiance. Le nôtre, la particularité, c'est l'esprit de communauté artistique, il y a un réseautage qui se fait, une belle symbiose. Normalement, chacun est dans sa loge, chacun fait son spectacle à son heure.» Toujours dans un esprit de solidarité, on offre la bière de microbrasserie et les sandwiches à moindre coût. «On ne veut pas que ce soit cher. Le but visé n'est pas le côté capitaliste, mais plus l'aspect social.»

Le festival se caractérise aussi par son approche verte. «On essaie de tout mettre en place pour avoir une empreinte de zéro, on plante des arbres, on mise beaucoup sur la récupération, sur le compost aussi et on a notre super-héros de l'écologie, qui est là toute la fin de semaine pour conscientiser les gens et éviter le gaspillage.»

Le Widewood festival débute ce jeudi 30 juillet et se poursuit jusqu'à dimanche. La programmation détaillée est disponible au: www.widewood.net. «Tout le monde est invité à participer à notre buzz», conclut Rami Renno.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer