Conférences matinales pour créatifs éveillés

Denis Roy s'est rendu jusqu'à New York pour... (photo: Lauréanne Daneau)

Agrandir

Denis Roy s'est rendu jusqu'à New York pour faire valoir Trois-Rivières aux yeux de l'organisationCreative Mornings, qui n'accepte que rarement les villes de moins de 500 000 habitants. Il a su mettre en évidence l'effervescence créative et artistique observée dans sa région.

photo: Lauréanne Daneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Dans la liste, en ordre alphabétique, Trois-Rivières se retrouve entre Toronto et Turin», se plaît à dire Denis Roy, hôte des Creative Mornings à Trois-Rivières. C'est que depuis le printemps, la communauté créative trifluvienne a l'opportunité de se joindre à un réseau mondial. Bien plus que des conférences, le mouvement permet une rencontre entre les créatifs issus de différents milieux.

Le concept est simple: une fois par mois, une courte conférence est donnée sur un même thème partout dans le monde. Barcelone, Chicago, Dubai, Hong Kong, Las Vegas, Milan, Sydney... et Trois-Rivières. Au total, cent dix-neuf villes prennent part à l'évènement.

Denis Roy est un adepte des Creative Mornings. Il s'est rendu un nombre incalculable de fois aux conférences de Montréal et de Québec en plus d'avoir assisté à celles de New York, de Berlin et de Turin. C'est grâce à ses bons contacts avec les différents chapitres Creative Mornings qu'il a eu la possibilité de soumettre la candidature de Trois-Rivières à l'organisation, qui n'accepte habituellement que les villes de plus de 500 000 habitants. Il est d'ailleurs le seul organisateur à s'être déplacé à New York pour faire valoir sa ville. «On a présenté la candidature comme un élément qui venait compléter le réseau québécois. On a mis de l'avant nos communautés créatives.» Le chapitre leur a été accordé ce printemps, dès la fin de la présentation. Trois-Rivières est devenue la 115e ville à se joindre à CreativeMornings. Depuis, Bangkok, Taipai et Rome se sont ajoutées à la liste.

Trois-Rivières a déjà deux conférences à son actif. En juin, sous le thème Révolution, Olivier Charland de l'École de la montagne rouge est venu livrer la conférence Créer dans l'urgence de crier plus fort. Au mois de juillet, Johane Germain de la Slow Food Vallée de la Batiscan était l'invitée pour le thème Collaborer. Une rencontre avait été organisée à la fin mai pour expliquer le concept aux curieux.

Une fois par mois donc, ces rencontres matinales permettent aux créatifs de différents milieux d'échanger. «Ce ne sont pas tant les conférences qui sont les produits ultimes. La beauté du mouvement, c'est qu'il y a de la créativité qui s'exprime dans plein de sphères. Bien sûr il y a les arts et la culture, mais aussi la recherche scientifique, les nouveaux modèles d'affaires, les start-up, l'innovation sociale, etc. Il y a beaucoup de créatifs qui ne sont pas en contact avec les autres.» Au delà des conférences, c'est donc la rencontre qui importe. «Ça crée des opportunités pour que par exemple les artistes rencontrent des gens d'affaires.»

Si les deux premières conférences ont attiré une centaine de personnes, un «ratio exceptionnel» en comparaison à certaines grandes villes, le défi sera de soutenir l'engouement afin d'assurer la pérennité du mouvement en terre trifluvienne.

L'hôte de Trois-Rivières ne semble pas très inquiet à ce sujet. «Trois-Rivières est historiquement au coeur de l'identité du Québec, mais aussi géographiquement. À peu près à tous les niveaux, il y a beaucoup d'effervescence. On a un quotidien, on a tous les grands réseaux de médias, une université, un Conservatoire, des collectifs d'artistes, des troupes théâtre, etc. Il est temps, pour ceux qui auraient un sentiment d'infériorité, qu'on reconnaisse ce qu'on a et qu'on le mette de l'avant. À Trois-Rivières je pense qu'il y a un rôle qu'on a à jouer et qu'il n'y a pas grand équivalent.»

Le fonctionnement

Un comité d'organisation de14 bénévoles s'est formé à Trois-Rivières. Denis Roy est clair, CreativeMornings n'est pas une plate-forme promotionnelle pour le conférencier et son organisation, encore moins pour les membres du comité. Un souci de partage des tâches et de visibilité est observé.

Le mouvement encourage les conférenciers de la région dans laquelle le chapitre se trouve. «On s'entend qu'on n'a pas un bassin de conférenciers équivalent à Los Angeles. On a accès à un grand réseau de conférenciers, on ne veut pas s'en priver non plus.» On prévoit tout de même qu'environ la moitié des conférenciers proviendront de la région.

À Trois-Rivières, les Creative Mornings ont toujours lieu un vendredi matin, de 8 h à 9 h 30 environ. La conférence est d'une trentaine de minutes afin de permettre le réseautage.

La participation est gratuite, mais une inscription en ligne est demandée via un compte créé sur le site de Creative Mornings. La moitié des billets est accordée à 11 h le lundi précédent la conférence, tandis que l'autre moitié est distribuée par tirage au sort dans les jours qui suivent. La première série de billets est habituellement écoulée en quelque secondes seulement. Le thème et le conférencier de la prochaine conférence seront annoncés au début du mois d'août sur les réseaux sociaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer