Le Monde est fou: dans la cour des grands

Les douze ballerines de l'école de danse L'Astragale... (Courtoisie Corporation des événements de Trois-Rivières)

Agrandir

Les douze ballerines de l'école de danse L'Astragale ont entre 14 et 20 ans et sont originaires de la région. Leur présence dans le numéro consacré à La Complainte du phoque en Alaska est remarquée dans le spectacle Le Monde est fou.

Courtoisie Corporation des événements de Trois-Rivières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une cinquantaine de jeunes Trifluviens vivent un été un peu différent des autres. Trente-cinq chanteurs de la chorale Les Petits Chanteurs de Trois-Rivières et douze ballerines de l'école de danse l'Astragale montent sur scène devant près de 4000 personnes, aux côtés des artistes du Cirque du Soleil. Pour beaucoup d'entre eux, c'est un rêve fou qui se réalise avant même d'atteindre la majorité.

Les trente-cinq Petits Chanteurs de Trois-Rivières qui vivront... (Andréanne Lemire) - image 1.0

Agrandir

Les trente-cinq Petits Chanteurs de Trois-Rivières qui vivront l'expérience Le Monde est fou seront sur scène pour dix représentations chacun.

Andréanne Lemire

Du côté de l'Astragale, il est difficile pour les danseuses de réaliser ce qui leur arrive. «C'est vraiment un rêve inatteignable, c'est comme les Jeux Olympiques pour nous», explique la danseuse Jolianne Clair, 20 ans. «Au début on ne le croyait toutes pas, c'est un grand honneur de danser avec le Cirque du Soleil», confirme Laurence Maltais, 17 ans.

Pour Les Petits Chanteurs de Trois-Rivières aussi l'expérience est inespérée. «Le Cirque du Soleil c'est vraiment gros pour nous. C'est sûr qu'on fait beaucoup de tournées, mais c'est surtout dans des églises, pas devant 4000 personnes», explique Anne-Sarah Désilets, chanteuse de 15 ans, au lendemain de la première. Elle explique qu'ils peuvent regarder le spectacle dans la loge jusqu'à ce qu'on vienne les chercher pour les amener en coulisses. 

«Je pensais que j'allais être stressée, mais quand on est entré sur scène je me suis sentie bien, j'étais contente d'avoir la chance de pouvoir chanter et d'être là. Quand on est dans une grande foule on ressent toute l'énergie, ça m'enlève du stress.» 

Les jeunes étaient au départ impressionnés par les artistes du Cirque du Soleil, mais ceux-ci les ont rapidement mis à l'aise. «Ils nous considèrent comme des artistes à part entière, ils s'intéressent à notre expérience, nous félicitent quand on sort de scène, ils viennent manger avec nous», poursuit la ballerine Jolianne. 

Les douze ballerines dansent sur La Complainte du phoque en Alaska de Beau Dommage. «On n'était pas stressées du tout pendant les répétitions, on n'avait pas de pression. C'est vraiment professionnel», poursuit Laurence Maltais. «On aime le feeling d'être dehors pour danser, c'est différent. C'est magnifique la vue.»

Les Petits Chanteurs de Trois-Rivières participent quant à eux à deux numéros sur scène, soit celui avec le jongleur et le géant Beaupré sur fond de Tout va bien ainsi que le tableau final sur la chanson 23 décembre. Ce que peu de gens savent, c'est qu'on entend également les voix d'enfants pré-enregistrées dans Le Monde est fou, dans Montréal, ainsi que dans La Complainte du phoque en Alaska

Les 35 jeunes chanteurs se relaieront pour les 20 représentations, soit une dizaine de représentations par chanteur. «Ça nous mettait un petit stress de participer à tout ça. On est quand même des jeunes du primaire et du secondaire! C'est comme un rêve qui se réalise», se réjouit Anne-Sarah Désilets. 

Quelques semaines de répétitions seulement

C'est au printemps que les Petits Chanteurs de Trois-Rivières et l'Astragale ont été approchés pour prendre part à l'évènement, sur invitation du metteur en scène Jean-Guy Legault. Les répétitions ont commencé en juin, peu après la fin des classes.

Diane Pelletier, directrice de l'Astragale était très fière de ses filles, qui avaient les compétences pour faire partie de la distribution. «C'est sûr que c'est un honneur, c'est quelque chose d'irréel, un mélange d'euphorie à travers un rêve. Elles font partie de la belle famille du Cirque du Soleil.»

Le directeur musical des Petits Chanteurs de Trois-Rivières, Luc Darveau, se disait soulagé après la première du spectacle Le Monde est fou. Mercredi soir, 20 de ses chanteurs ont foulé les planches de l'Amphithéâtre Cogeco en compagnie des artistes du Cirque du Soleil. 

Ce n'est qu'en voyant la foule de 4000 personnes que les jeunes artistes ont réalisé l'ampleur de l'évènement auquel ils prenaient part. «Toute une aventure!», a-t-il soufflé au lendemain du coup d'envoi des représentations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer