Dragao enflamme Shawinigan

Le spectacle Dragao a été lancé mardi soir à... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le spectacle Dragao a été lancé mardi soir à la Cité de l'énergie Shawinigan.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Terré à l'ombre de la tour de la Cité de l'énergie, le dragon Dragao, l'imposante bête de la nouvelle aventure d'Amos Daragon, s'est réveillé mardi et a craché ses premières flammes devant les 920 spectateurs présents à la première de ce spectacle estival.

L'auteur et créateur du spectacle Dragao, Bryan Perro, était très fébrile, moins d'une heure avant la première représentation de la toute nouvelle épopée de son célèbre personnage. Celui qui signe les textes de la production et qui assure sa mise en scène se croisait les doigts pour que tous les éléments scéniques fonctionnent à la perfection. La trentaine d'artistes du spectacle évoluent dans des décors dignes d'une production hollywoodienne. Dès les premières minutes, des effets pyrotechniques illuminaient la rivière Saint-Maurice. 

«Je suis fébrile et content, mais un peu anxieux. J'espère que tout va fonctionner. Ce qui est angoissant avec un nouveau spectacle, c'est cette mécanique», confiait le créateur quelques instants avant l'entrée des premiers spectateurs. «Après trois étés du premier spectacle d'Amos Daragon, c'était relax. Là, on sait rien. On a répété, mais on ne sait pas si tout va fonctionner. Voilà le facteur de risque. Une première c'est toujours plaisant et angoissant. Mais tout le monde est prêt et il faut commencer.»

Bryan Perro souhaite avec cette nouvelle aventure transporter les spectateurs encore plus loin dans son univers fantastique peuplé de créatures magiques. Conscient qu'avec la popularité des oeuvres de Tolkien, dont Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux qui ont été portés au grand écran, «il faut être capable de monter le niveau». 

«Ce n'est pas du cinéma que je fais, c'est un spectacle. Mais on essaie d'atteindre justement ce niveau», notait Bryan Perro. 

Alors que les billets s'envolent comme des petits pains chauds -  près de 50 % des places ont déjà été vendues -, Robert Trudel espère que la tendance se maintiendra et que la nouvelle mouture de la saga d'Amos Daragon attirera plus de 20 000 spectateurs, le seuil de la rentabilité. Si chaque spectacle est présenté devant une salle comble, pas moins de 31 000 personnes auront assisté à l'expérience proposée par Bryan Perro. 

«C'est la 16e année qu'on présente des spectacles à la Cité de l'énergie. Et la vente de billets n'a jamais été aussi bien», notait Robert Trudel avec un grand sourire. 

Le directeur général de la Cité de l'énergie estime par ailleurs que la Mauricie, avec le spectacle d'Amos Daragon et celui du Cirque du Soleil à Trois-Rivières, se positionne comme une destination culturelle incontournable cet été. 

En raison des impératifs dictés par l'heure de tombée, il nous a été impossible de publier une critique du spectacle dans l'édition de ce matin. Le spectacle de 90 minutes débutait à 21 h 30 et la salle tournante nous empêchait d'y sortir avant la fin de la représentation. Un reportage complet sur la nouvelle aventure d'Amos Daragon sera toutefois publié en matinée sur lenouvelliste.ca ainsi que dans l'édition de jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer