• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Tournée de la Maîtrise du Cap: bien plus que du chant choral 

Tournée de la Maîtrise du Cap: bien plus que du chant choral

Les Petits Chanteurs de la Maîtrise du Cap... (Photo: Martin Francoeur, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les Petits Chanteurs de la Maîtrise du Cap ont profité du décor impressionnant que constitue la Grand-Place de Bruxelles, samedi, pour entonner La Quête de Jacques Brel. La petite prestation spontanée a été chaudement applaudie par quelques dizaines de touristes qui se sont arrêtés pour les écouter. Leur tournée européenne se poursuit jusqu'au 29 juin.

Photo: Martin Francoeur, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Bruxelles) Le temps était nuageux samedi, à Bruxelles. Sur la Grand-Place toujours aussi achalandée, un petit attroupement suscite la curiosité. Les petits chanteurs de la Maîtrise du Cap ont décidé d'entonner spontanément La Quête de Jacques Brel, au grand plaisir de quelques dizaines de touristes qui s'arrêtent, filment, prennent des photos. Ou écoutent, tout simplement, les yeux fermés. Le moment a quelque chose de magique.

Des moments comme celui-là, il y en aura eu plusieurs dans cette tournée européenne des Petits Chanteurs de la Maîtrise du Cap. Le groupe dirigé par Claire Bisaillon est formé de 35 enfants et adolescents, six voix d'hommes, trois musiciennes et quelques parents accompagnateurs. Tout ce beau monde a quitté Trois-Rivières le 13 juin pour une tournée de seize jours en France et en Belgique.

Depuis leur arrivée à Lyon, le choeur a donné des concerts à Colmar, à Metz et à Bruxelles. Ces jours-ci, le groupe est toujours en Belgique. À Horrues, dans le Hainaut, plus exactement. Mardi, ce sera Beuzeville, près du Havre en France, puis le Mont Saint-Michel et la Maison du Québec de Saint-Malo. Vendredi, le groupe donnera un concert à Versailles, avant de passer le week-end à Paris.

La tournée est certes une occasion de donner des concerts et de rencontrer d'autres chorales avec lesquelles la Maîtrise a su développer des liens au fil des ans, mais elle est surtout une formidable occasion pour ces jeunes de découvrir d'autres cultures, de visiter des lieux fascinants, de vivre une expérience de groupe des plus enrichissantes et de développer leur autonomie.

La grande majorité de ces jeunes en sont à leur premier grand voyage et prenaient l'avion pour la première fois. «Ça se passe super bien! Il y a toujours quelque chose de magique qui se produit dans ces voyages-là. Ça apporte aux jeunes une grande ouverture sur le monde, ça exige d'eux une autonomie, un respect des autres, une solidarité», remarque la directrice musicale Claire Bisaillon.

Comme tous ses collègues de la Maîtrise, Liliane Bonenfant en est à sa première tournée en Europe. Elle apprécie évidemment le fait de vivre cette expérience unique non seulement pour les concerts mais aussi pour les rencontres avec des choristes de France et de Belgique. «Et aussi pour les visites! J'aime vraiment ça parce que c'est enrichissant. On visite beaucoup d'endroits, on se fait des nouveaux amis. Des fois, on ne s'en rend pas compte mais on prend leur accent!», remarque la jeune Trifluvienne de 11 ans.

Pour Chloë Simon, le voyage revêt quelque chose de bien particulier. La jeune fille de neuf ans est déjà venue en Europe puisqu'elle y a de la famille. Ses grands-parents, entre autres, sont venus l'entendre chanter à Colmar, lors de la portion alsacienne de la tournée. «Même si je suis déjà venue en Europe, c'est pas pareil. C'est le premier voyage sans mes parents et j'aime vraiment ça. Au début, je pensais que ça allait être stressant mais tout se passe super bien», commente-t-elle.

«Moi c'est l'avion qui me stressait», insiste Camille Desrochers. Du haut de ses douze ans, elle est une des plus vieilles du groupe. Mais c'est aussi sa première tournée en Europe. Ce qu'elle apprécie le plus? «J'aime bien le style des maisons, des bâtiments. C'est plein d'histoire. Quand on se promène avec les guides, c'est enrichissant», ajoute-t-elle.

Sa collègue Adèle Bouchard, 13 ans, apprécie quant à elle les moments passés dans les familles qui accueillent les petits chanteurs. «Un voyage comme ça, ça permet de développer notre autonomie. Et dans les familles, ça se passe super bien. Tout le monde est tellement gentil. C'est le fun de voir comment ils vivent, de découvrir une culture différente de la nôtre», remarque-t-elle.

Si une tournée comme celle-ci permet aux jeunes de développer de nouvelles amitiés, elle est aussi l'occasion, pour la chorale elle-même, de consolider des liens solides avec d'autres chorales. «C'est toujours un plaisir de revoir, par exemple, les gens de Colmar. Et le choeur du Hainaut, on en est à notre quatrième échange avec eux. Le choeur du collège Saint-Pierre, ici à Bruxelles, veut revenir chez nous l'an prochain», illustre Claire Bisaillon.

Pour elle, les plus beaux souvenirs de ces tournées sont ces moments magiques qui se produisent lorsque les choristes de la Maîtrise et la chorale qui les accueille entonnent ensemble des pièces dans le cadre d'un concert. «Il y a quelque chose de spécial qui se passe dans ces moments-là. On voudrait toujours faire davantage de pièces communes!», remarque-t-elle.

Partout où ils passent, les petits chanteurs de la Maîtrise du Cap font une forte impression. Le modèle d'une école offrant une formation musicale adaptée pour les petits chanteurs, comme celui de l'école Jacques-Hétu, suscite beaucoup d'intérêt - et un peu d'envie - en France et en Belgique.

La tournée des Petits Chanteurs de la Maîtrise du Cap se poursuit jusqu'au 29 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer