• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Les membres de Beau Dommage ravis que le Cirque du Soleil jongle avec leur répertoire 

Les membres de Beau Dommage ravis que le Cirque du Soleil jongle avec leur répertoire

Six des sept membres de Beau Dommage, soit Michel... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Six des sept membres de Beau Dommage, soit Michel Hinton, Réal Desrosiers, Marie-Michèle Desrosiers, Robert Leger, Michel Rivard et Pierre Huet (Pierre Bertrand était retenu par un autre engagement) étaient réunis mercredi pour le dévoilement des premiers extraits musicaux du spectacle Le monde est fou, qui sera présenté cet été à l'Amphithéâtre Cogeco.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Montréal) À 43 jours de la première du spectacle du Cirque du Soleil qui inaugurera l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, les membres du groupe Beau Dommage étaient presque tous réunis mercredi à l'Auberge Saint-Gabriel du Vieux-Montréal, là où les artisans de la production dévoilaient les premiers extraits musicaux du spectacle Le monde est fou, qui leur rend hommage.

Le Géant Beaupré est un des personnages qui... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le Géant Beaupré est un des personnages qui feront partie du spectacle.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

À l'exception de Pierre Bertrand, retenu par un autre engagement, tous les membres de la formation étaient présents et ils le seront tous aussi lors du spectacle inaugural du 15 juillet à Trois-Rivières, promettent-ils. D'ailleurs, ils se disent plutôt fébriles à l'idée de ce rendez-vous qui dévoilera comment les artistes du Cirque jongleront avec leur répertoire.

Outre les deux extraits qui ont été dévoilés mercredi, ils seront en mode découverte. «Pour le moment, dit Michel Rivard, on est à peu près au même point que vous, on en sait à peine un peu plus, sauf qu'on a une confiance extraordinaire en l'équipe qui se sert, comme tremplin, de ces humbles chansonnettes que nous avons commises il y a quelques années.»

Comme tous les autres membres du groupe, Rivard se montre très ouvert à accueillir la proposition qui y sera faite par les artisans du Cirque. Il aime ce qu'il a entendu jusqu'à présent de la part du directeur musical Jean-Phi Goncalves.

«Je veux être déstabilisé. Je veux que Jean-Phi s'amuse avec ces chansons-là, qu'il les amène ailleurs, dans un univers plus féérique. C'est la magie du Cirque, il faut que ce soit ainsi dans la musique aussi. Les versions originales, on peut les écouter quand on veut. Pour moi, il est plus intéressant de découvrir des versions nouvelles qui alimentent un imaginaire qui n'est pas le nôtre. Moi, le soir du 15 (juillet), je vais être assis comme un ti-cul en me disant: amenez-moi quelque part et surprenez-moi! On va tous être là et on sera très fébrile.»

Le fait que le Cirque du Soleil choisisse leur répertoire l'a honoré, observe-t-il, quoique dans cette offre, il a été quand même un peu étonné. «La chose qui m'a surpris, c'est que Trois-Rivières veuille avoir un hommage d'un groupe qui a été tellement identifié à Montréal», souligne-t-il. «Ensuite, je me suis dit que ce sont des chansons d'amour et d'appartenance d'où on vient, tout simplement.»

Marie-Michèle Desrosiers apprécie elle aussi que l'on jette un nouvel éclairage sur leur oeuvre. «Nous sommes ravis, honorés et, tout comme vous, on a tous très hâte de voir le spectacle», dit-elle. «Les deux extraits qu'on a entendus sont déjà assez imaginatifs. Jean-Phi Goncalves a travaillé avec les bandes originales et a fait un espèce de puzzle avec tout ça. Quand tous les acrobates vont s'animer là-dessus, je pense que ce sera magnifique. On est très curieux et on a vraiment très hâte de voir ce que ça va donner.» 

Et pour elle aussi, la carte blanche s'imposait à l'égard des créateurs. «On s'est dit que c'est leur spectacle, c'est leur choix. C'est notre bébé, mais un bébé, il faut savoir le laisser aller. Quand des chansons deviennent populaires et que les gens les aiment, je pense qu'à quelque part, elles ne nous appartiennent plus. J'ai pleinement confiance.»

Le spectacle trifluvien revêt d'ailleurs un honneur bien particulier, ajoute-t-elle. «Le Cirque du Soleil est un icône immense au Québec. Le fait que la ville de Trois-Rivières inaugure cette salle avec le Cirque qui nous choisit comme premiers artistes, on est vraiment honorés.»

Le parolier Pierre Huet apprécie tout autant l'aventure. «Il est toujours agréable que nos chansons ne soient pas moulées dans le temps. S'ils les ont choisies, c'est qu'ils les aimaient et c'est bon qu'ils en fassent autre chose, en autant qu'ils ne changent pas les paroles...», note-t-il, sourire en coin. 

Il aime bien que leurs mots et leur imaginaire se matérialisent dans l'univers du cirque. «La distance entre ce que le groupe a fait et ce que le cirque fait depuis toujours n'était pas si loin. Après tout, le phoque en Alaska a fait tourner son ballon dans un cirque, le géant Beaupré a fait des tournées dans un cirque et Ginette marchait sur des talons hauts.»

L'honneur est grand, ajoute-t-il. «On ne fait pas de comparaisons, mais ils ont fait les Beatles, Michael Jackson, Elvis et nous, on fait partie d'un petit groupe sélect», sourit-il. Il a d'ailleurs tenté de savoir qui serait à l'honneur l'an prochain, sans succès. «Je suis persuadé qu'il y en a d'autres que nous qui méritent un tel hommage au Québec, mais on est bien contents d'être les premiers.»

Les sept membres du groupe se revoient régulièrement et l'amitié des quatre dernières décennies est demeurée intacte, font-ils valoir chacun de leur côté. «Il ne se passe pas une semaine sans qu'on ne se parle pas d'une manière ou d'une autre», dit Huet. «On n'est pas comme des cousins qui se sont perdus de vue. On mange ensemble régulièrement, on garde contact et c'est la beauté de la chose.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer