• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Le point d'exclamation d'une grande année pour le Musée des Abénakis 

Le point d'exclamation d'une grande année pour le Musée des Abénakis

Dimanche, devant 150 invités, la directrice Michelle Bélanger... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dimanche, devant 150 invités, la directrice Michelle Bélanger a procédé à l'inauguration de l'exposition Le Musée des Abénakis 50 ans déjà! qui vient marquer les célébrations de cette institution d'Odanak.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Depuis dimanche, le Musée des Abénakis d'Odanak présente une exposition importante puisqu'elle marque le 50e anniversaire de cette institution. L'exposition porte le nom de KIZI N8NNINSKA KASSIGADEN! Le musée des Abénakis déjà 50 ans! et elle sera présentée jusqu'au 23 décembre 2016.

De l'idéation jusqu'à la réalisation bien concrète, il s'agit d'une création complète du musée d'Odanak qui veut rendre hommage aux bâtisseurs de l'institution. Pour ce faire, on a décidé de mettre en valeur les collections du musée qui comptent l'impressionnant total de 25 000 objets. «C'est l'occasion de montrer aux gens d'ici la richesse de ces collections qui sont ethnologiques, religieuses et archéologiques, indique la directrice Michelle Bélanger, et de montrer aux visiteurs la richesse du savoir-faire traditionnel des Abénakis parce que la grande majorité des objets en montre sont liés à la culture matérielle abénakise mais on fait aussi des clins d oeil aux autres Premières Nations.»

On veut ainsi montrer l'évolution du musée depuis ses débuts par l'intermédiaire des collections qui se sont enrichies au fil du temps grâce à des gens de la communauté qui en ont, le plus souvent, été les donateurs. L'archéologie ne pouvait être ignorée compte tenu de la place qu'elle a prise au Musée ces dernières années. «Dans une des salles, explique Michelle Bélanger, on a un bout d'exposition consacré à l'archéologie et qui concerne l'occupation du lieu. On sait désormais qu'au début du 18e siècle, un fort a été érigé ici et on retrouvera plusieurs artéfacts qui témoignent de cette découverte très importante.»

Tous les espaces communs du musée seront mis à contribution pour cette expo. Le grand hall d'entrée abritera des oeuvres in situ qui servaient de décor à l'ancien musée, celui d'avant la grande rénovation de 2005, la salle d'exposition du rez-de-chaussée fera une place d'honneur à la vannerie, une spécialité d'Odanak. «Les gens vont retrouver un peu de l'esprit «cabinet de curiosités» de l'ancien musée par l'abondance des objets. Ainsi, on veut rappeler aux gens qui ont connu l'ancien musée que les objets qu'il contenait existent encore et sont conservées dans les meilleures conditions.»

Le Musée des Abénakis est demeuré fidèle à sa volonté d'impliquer les gens de la communauté d'Odanak par une portion de cette exposition qui s'intitule 50 objets, 50 histoires. «Cinquante personnes de la communauté ont identifié chacun un objet dans les collections en nous expliquant pourquoi ces objets leur tiennent à coeur. Ç'a été le prétexte pour réaliser un catalogue qui sera un très beau document témoignant de cette exposition.»

Des vidéos mettant en vedette des gens de la communauté parlant de savoir-faire traditionnel, seront aussi présentées de façon à faire connaître aux visiteurs des pratiques encore très vivantes à Odanak parce qu'elles se transmettent d'une génération à l'autre. «Il est rare que, dans la cadre d'une exposition, on sorte des murs du musée pour aller chercher une expertise qu'on n'a pas. Pour le choix des paniers qu'on expose, on a demandé à des vannières d'Odanak qui ont fait leur propre sélection en fonction de leurs propres critères. Elles ont privilégié la difficulté d'exécution plutôt que la beauté comme nous, on l'aurait fait.»

Il est évident que dans une année très chargée en émotions alors que le Musée a remporté plusieurs prix prestigieux et que sa directrice a été honorée à l'Assemblée nationale, cette exposition marque un moment important. «On ne veut pas fermer la boucle de ce 50e anniversaire par cette expo mais elle correspond un peu à l'idée de montrer aux gens pourquoi on a remporté des prix. On est un petit musée mais on fait de belles et grandes choses. On a du talent, une expertise, et surtout, on a une communauté derrière nous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer