• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Des grands noms pour l'ouverture de l'Amphithéâtre Cogeco 

Des grands noms pour l'ouverture de l'Amphithéâtre Cogeco

Ginette Reno... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Ginette Reno

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après le Cirque du Soleil et ZZ Top, une pléiade d'artistes occuperont l'Amphithéâtre Cogeco les 5 et 6 septembre. En plus de Ginette Reno, l'OSTR, Steve Hill, Karim Ouellet, Alexandre Désilets, QW4RTZ, DJ Cat, Fabiola Toupin, David Goudreault et Maritza vont fouler les planches, tous réunis sous une mise en scène de Véronique Marcotte, qui est très enthousiaste à l'idée de revenir créer au sein de sa région.

Steve Hill... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Steve Hill

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Fabiola Toupin... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Fabiola Toupin

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Ce spectacle, intitulé 100, Avenue des Draveurs, est appelé à devenir une tradition du week-end de la Fête du travail. C'est du moins la volonté des responsables de l'Amphithéâtre qui souhaitent accueillir chaque année des artistes d'ici et d'ailleurs dans un grand rassemblement musical.

Cette année, deux représentations seront offertes, une première le samedi soir ouverte à la population en général et une deuxième le dimanche, à l'intention cette fois des bénévoles qui seront reçus gratuitement par la Ville, une manière de souligner leur engagement. Ce soir-là, les 3500 sièges seront réservés pour eux, mais l'espace gazonné demeurera disponible pour le grand public.

À la mise en scène, Véronique Marcotte s'offre un terrain de jeu qui l'anime. Si elle a déjà connu les grands espaces de création en signant des spectacles pour la Fête du Canada et les Jeux du Québec, entre autres, elle entend faire honneur au nouvel équipement des Trifluviens. «L'Amphithéâtre est un fichu de beau terrain de jeu et je veux utiliser le matériel au maximum», dit-elle

Pour le moment, son processus de création débute, mais déjà, elle sait que la cinquantaine de musiciens de l'OSTR demeureront  sur scène tout le long du spectacle, qu'un espace délimité sera réservé pour un «house band», que tous les artistes seront appelés à s'entrecroiser et à collaborer ensemble et que le public aura droit à des projections à profusion. «L'espace scénique est grand, je vais utiliser cette ampleur, tout en créant avec les éclairages des zones délimitées pour former un espace hyper chaleureux.»

Pour ce spectacle, elle veut allier l'humour et grands moments d'intensité, sans temps mort. «Ce sera de l'émotion de A à Z. Les gens devraient être émerveillés par le nombre de personnes sur scène et par les performances vocales. Pour le mélomane, il sera intéressant de voir les choix de pièces que nous allons faire», dit-elle. «Ce sera un show que personne d'autre ne verra.»

La commande reçue était claire sur l'importance de la présence d'artistes de la région. Or, à part Ginette Reno, Karim Ouellet et Maritza, tous les artistes proviennent de la Mauricie, incluant les musiciens du «house band» (Guillaume Marchand, Daniel Mongrain, Bob Saint-Laurent et Jean-François Langevin) et l'équipe technique, dit-elle.

Pour le moment, Véronique Marcotte n'a pas testé l'acoustique des lieux, «mais parait-il qu'elle est parfaite pour un orchestre symphonique», observe-t-elle, ce que confirmait le chef de l'OSTR Jacques Lacombe, jeudi, en conférence de presse. «C'est un équipement remarquable qui va pouvoir servir à plusieurs fins et qui va aussi pouvoir accueillir des concerts symphoniques, sans amplification. Le public va découvrir en septembre les qualités de cet équipement», dit-il.  

M. Lacombe est heureux de participer à cette production. «Ça va faire dix ans, la saison prochaine, que je suis à l'OSTR comme directeur artistique, je voyage partout dans le monde et je crois que les milieux  où il y a un véritable dynamisme sur la scène culturelle sont ceux où il y a une synergie entre les organismes et où les gens travaillent ensemble», remarque-t-il.

«Il y a une forme de travail incroyable dans notre ville, dans notre région, et je pense que la brochette d'artistes de ce spectacle va exactement dans cette direction. Trois-Rivières, par ce spectacle, témoignera à la fois de sa richesse culturelle et de ses talents, mais aussi de sa pertinence sur la scène nationale et internationale en accueillant des artistes comme Ginette (Reno).»

Les billets pour le spectacle du 5 septembre seront en vente dès samedi 11 h à la billetterie de la salle J.-Antonio-Thompson et au www.amphitheatrecogeco.com, au coût de 39 $ ou 29 $ pour les sièges et de 10 $ pour l'esplanade gazonné. À ces montants, on doit ajouter les taxes et frais de service.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer