Un autre pas vers la rentabilité pour le Tapis rouge

Pour sa deuxième année d'opération, le cinéma Le... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pour sa deuxième année d'opération, le cinéma Le Tapis rouge a connu une hausse de fréquentation importante qui devrait amener l'établissement à franchir le seuil de rentabilité à l'automne prochain, selon son propriétaire Jacques Foisy.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le cinéma Le Tapis rouge fêtera ses deux ans d'existence le 31 mai prochain. Deux années qui ne lui ont pas encore permis d'atteindre le seuil de la rentabilité mais celui-ci est désormais bien en vue.

L'établissement a connu une encourageante hausse de 43 % de sa fréquentation au cours de l'année ce qui permet au propriétaire Jacques Foisy de prédire la rentabilité de son cinéma pour l'automne prochain. «On a connu une hausse de fréquentation plus élevée que prévu, soutient-il, mais la hausse des revenus n'a pas été aussi spectaculaire. Il nous reste un petit bout de chemin à faire pour atteindre la rentabilité mais je suis très encouragé par les résultats.»

«Évidemment, les salles de répertoire connaissent toujours une grosse baisse de clientèle pendant l'été alors, on ne peut espérer poursuivre notre progression avant l'automne mais j'ai confiance qu'avec les sorties de plusieurs films de qualité, comme les films primés à Cannes, notamment, l'automne va nous amener à la rentabilité.»

«L'ensemble des salles de cinéma au Québec ont connu une baisse de 15 % de fréquentation au cours de la dernière année alors, notre hausse est aussi surprenante qu'encourageante. On constate qu'il y a une importante augmentation de la clientèle en provenance de la périphérie de Trois-Rivières: Shawinigan, Bécancour, Nicolet, etc. Par ailleurs, à Trois-Rivières même, il est évident que nous sommes mieux connus du grand public bien qu'on puisse encore améliorer cet aspect. C'est beaucoup grâce au bouche à oreille que notre notoriété s'améliore.»

«On ne conservera pas une courbe de progression constante parce qu'on devine qu'à 45 %, ça impliquait qu'on avait beaucoup d'espace de progression mais il m'apparaît réaliste d'aller chercher un autre 20 % de croissance au cours de la prochaine année.»

Il semble que le taux de satisfaction de la clientèle du Tapis rouge est élevé et qu'un imposant noyau dur d'habitués s'est formé avec le temps. «La fidélité de notre clientèle se vérifie constamment, convient Jacques Foisy, et les doléances des clients sont mineures; elles concernent surtout les films que des gens voudraient voir à notre programmation. Il apparaît clair que notre offre de films se démarque dans le marché trifluvien et ça a toujours été notre objectif.»

Responsable de la programmation, Jacques Foisy soutient qu'il va poursuivre dans la direction actuelle en maintenant une bonne proportion de films sous-titrés qui obtiennent de plus en plus l'adhésion des cinéphiles trifluviens. «Au début, on a noté une certaine réticence mais on considère que c'est une plus-value de voir le film dans sa version originale et ça nous permet également d'obtenir de bons films qui n'ont pas de version française. Les gens l'apprécient de plus en plus, ce qui nous permet de rehausser la qualité de la programmation.»

Le proprio du Tapis rouge va, par ailleurs, poursuivre son combat pour avoir droit à des copies de films québécois rendus disponibles pour des réseaux de salles mais que les distributeurs refusent d'offrir simultanément à des cinémas indépendants comme le sien. «C'est une aberration qui va devoir être corrigée. Les films québécois sont financés à 90 % par de l'argent public mais tout le monde n'a pas accès à ces films. Ce sont des gens de Toronto qui décident qui les présente. On ne demande pas l'exclusivité, seulement de pouvoir nous aussi les présenter à notre clientèle. C'est une question d'équité.»

Peu importe ce qu'il adviendra de ce dossier, les résultats de l'automne prochain devraient sceller à long terme le sort de son établissement plus solidement établi que jamais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer