• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > «Denis doit être aux anges» - le père de Denis Villeneuve 

«Denis doit être aux anges» - le père de Denis Villeneuve

Le notaire Jean Villeneuve suit avec attention les... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le notaire Jean Villeneuve suit avec attention les suites de la projection du dernier film de son fils Denis, Sicario, au Festival de Cannes.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) L'effervescence cinématographique cannoise a fait ressentir des secousses jusque dans la région, mardi, alors qu'à Gentilly, Jean Villeneuve, le père de Denis, s'intéressait de près à tout ce qui concernait les suites de la projection de Sicario, le film de son célèbre fils au Festival de Cannes.

Au delà des commentaires de tout un chacun, au delà de l'évaluation des chances de son fils de remporter une Palme d'or, une constante qui s'exprime en peu de mots: «On est super fiers de lui, affirme d'abord le paternel. En plus, les rapports qu'on a eus sont très favorables. Je n'ai pas eu l'occasion de parler à Denis directement mais ce que j'ai entendu à la radio, notamment, est très positif alors, nous sommes très contents.»

Le réalisateur gentillois a fait les manchettes pas seulement pour son film, Sicario, mais pour une petite controverse, rapidement éteinte, sur les réseaux sociaux. Un magazine avait publié une nouvelle à l'effet que des femmes portant des talons plats avaient été refoulées au bas du tapis rouge, la direction du festival exigeant que les femmes portent des talons hauts.

Thierry Frémaux, responsable de la sélection du festival, a rapidement démenti cette rumeur mais pas avant que Denis Villeneuve ait tourné la chose à la blague en disant qu'en signe de protestation, lui, Benicio Del Toro et Josh Brolin, les deux vedettes masculines de son film, allaient monter les marches en talons hauts en soirée.

L'anecdote tend à démontrer que Denis assiste au festival avec une attitude plutôt désinvolte qui confirmerait ses prétentions déjà exprimées de ne nullement compter sur un prix pour son film.

«C'est ce qu'il nous a dit, atteste son père. Lui est très heureux de simplement être de la compétition officielle et s'il fallait qu'il gagne, ce serait la cerise sur le gâteau. Il ne veut pas gonfler la balloune inutilement. Il veut profiter totalement de sa présence là-bas sans porter le stress de la compétition.» D'ailleurs, le réalisateur est à Cannes en compagnie de ses trois enfants, ce qui suggère qu'il voit le séjour davantage comme des vacances en famille.

«Personnellement, je me dis qu'il ne peut pas mettre un trait complètement sur la possibilité de remporter la Palme d'or, mais en adoptant cette attitude, il s'évite le stress et aussi la déception qui viendrait avec le fait de ne pas gagner. Ç'a avait été la même chose aux Oscars pour Incendies

«La réception initiale a été très bonne de la part du public et des médias, le film a été chaleureusement applaudi sans aucune huée lors de la première projection, alors, Denis doit être aux anges. Ce n'est pas l'obtention ou pas d'un prix qui va y changer quoi que ce soit.»

N'empêche, discrètement, Jean Villeneuve se croise les doigts en fonction du verdict du jury qui sera connu dimanche prochain.

francois.houde@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer