Steve Hill couvert d'or au Gala Lys Blues

Le Trifluvien d'origine Steve Hill est sorti grand... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Trifluvien d'origine Steve Hill est sorti grand gagnant du Gala Lys Blues présenté dimanche soir à la salle Thompson avec quatre prix.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pour une deuxième année consécutive, le Gala Lys Blues était présenté à la salle J.-A.-Thompson de Trois-Rivières dimanche soir. Cet événement existe depuis 2003 et a pour objectif de récompenser les artistes du monde de la musique blues au Québec.

Ironie du sort, le grand gagnant de la soirée a sans contredit été un Trifluvien d'origine: Steve Hill qui a quitté la salle avec pas moins de cinq trophées dans les mains. Il a remporté les titres de performance artistique de l'année, spectacle de l'année, artiste masculin de blues, auteur/compositeur de l'année et album blues de l'année pour Solo Recordings Volume 2.

Par ailleurs, un autre Trifluvien, d'adoption dans ce cas, a vécu un moment fort puisque Breen LeBoeuf a été l'objet de l'hommage Lys Blues.

Les autres récipiendaires ont été Nadia Waltz, chanteuse du groupe Aidan, qui a remporté le prix Aldo Druda pour la relève. Le groupe révélation est Whisky Legs alors que le titre de performance acoustique de l'année est revenu à Rick L. Blues.

Au niveau de la performance musicale de l'année pour les musiciens de soutien, cinq trophées ont été remis à Denis Coulombe, guitariste d'Angel Forrest, Jean Cyr, bassiste de Bob Walsh, Marc Deschênes, bassiste de Jim Zeller et plusieurs autres, Jean-Fernand Girard, pianiste de Bob Walsh et Sam Harrisson, batteur du Paul Deslauriers Band.

Angel Forrest a mérité le Lys de l'artiste féminine de blues de l'année alors que Bobby Bazini était honoré dans la catégorie de l'album blues et styles associés pour son opus intitulé Where I Belong.

Il est important de noter que les gagnants ont été déterminés par un vote du public qui s'est réalisé au cours des semaines qui ont précédé l'événement via Internet.

Pour Steve Hill, cette récolte de rêve vient simplement poursuivre une année 2015 absolument exceptionnelle au cours de laquelle son talent est reconnu de façon unanime dans les cercles du blues et ce, à la grandeur du pays. Il faut dire qu'avec ses deux albums sous le titre de Solo Recordings, il effectue un retour à un blues plus pur après avoir arpenté des chemins nettement plus rock au cours des années précédentes.

Cela s'est traduit par une kyrielle de prix tous plus prestigieux les uns que les autres jusqu'ici en 2015.

Il a notamment remporté le Prix Juno de l'album blues de l'année pour son Solo Recordings Volume 2 lors du gala présenté en mars dernier. Il a aussi rapporté de Toronto pas moins de quatre Maple Blues Awards, l'équivalent des Lys Blues mais à l'échelle canadienne. On l'avait alors sacré artiste blues masculin de l'année en plus de lui donner le prix pour la performance électrique de l'année, pour l'album de l'année de même que comme guitariste de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer