Un retour aux origines pour Damien Robitaille

Damien Robitaille revient à Trois-Rivières ce soir avec... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Damien Robitaille revient à Trois-Rivières ce soir avec son tout nouveau spectacle dans une formule épurée où l'artiste se présente seul en scène.

Photo: Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

On est né nu chante Damien Robitaille et c'est pratiquement dans ce plus simple appareil qu'il revient sur la scène de la salle Anaïs-Allard-Rousseau ce mercredi soir, 20h.

Il sera décemment vêtu, bien entendu, mais la vingtaine de chansons qu'il interprétera seront, elles, fort dépouillées. Lors de sa dernière visite, en 2013, Robitaille se payait le luxe d'apparaître avec quatre musiciens sur la scène dans un spectacle à saveur tropicale. Aujourd'hui, il sera seul avec son piano, sa guitare et quelques pédales d'effets. Il avait envie de retrouver la formule de ses débuts.

«Je me suis payé un gros plaisir en faisant une tournée avec quatre musiciens, indiquait-il hier en entrevue, mais j'ai eu envie de retrouver la formule solo. À un moment donné, j'avais des doutes: je me suis demandé si je serais encore capable de le faire. Une autre raison, c'est que je suis présentement en processus de création pour un nouvel album et le spectacle en solo stimule la créativité. Ça me permet, à l'occasion, de casser de nouvelles chansons, ce qui est beaucoup plus difficile avec un groupe.»

Autre facteur qui ne nuit pas, c'est que le dépouillement rend le spectacle plus accessible pour de petites salles dans des communautés où le musicien ne serait pas allé autrement. «Tu vois, je suis allé faire une tournée en Acadie pour la première fois cette année et franchement, ça s'est très bien passé.

C'est un public très chaleureux et très festif: ça me va bien.» D'ailleurs, Robitaille soutient que le format réduit ne change pas tellement l'énergie de son spectacle.

«Ce n'est pas comme avec quatre musiciens, mais ce n'est pas down pour autant. L'énergie est toujours là, mais sous une autre forme. En fait, personnellement, le fait de revenir seul sur scène crée une plus grande excitation. Je ne dirais pas que c'est du trac, mais je suis plus fébrile. Sur scène, je me déplace pas mal pour bien l'habiter et ça crée un rapport beaucoup plus intime avec le public; c'est nettement plus direct. Je me lâche lousse, on trippe ensemble et j'adore ça. À chaque fois, c'est une fête.»

Pendant que beaucoup d'artistes peinent à présenter des spectacles dans des salles de moins en moins pleines, Damien Robitaille se paie le luxe d'un second spectacle en moins de deux ans chez nous. «Je suis chanceux et je pense que c'est surtout par les spectacles que je me suis fait connaître. Pour moi, le monde du spectacle, ça commence d'abord par des spectacles, justement. J'ai toujours tenu à donner un bon show et je sais que dans ce métier-là, on ne peut jamais rien tenir pour acquis: il faut constamment travailler fort. Il reste que donner un spectacle, c'est toujours ce qu'il y a de plus l'fun pour moi dans ce métier.»

Pour ce qui est du répertoire qui nourrira sa prestation de ce soir, le Franco-Ontarien puisera de façon équitable dans ses trois premiers albums.

«Six chansons par album, calcule- t-il. Je devrais aussi aller chercher une ou deux chansons inédites qui n'avaient pas trouvé de place sur les albums. Je n'ai pas l'impression d'avoir tellement changé depuis mon premier album en 2006. Je chante mieux et je joue mieux de la guitare, mais les chansons ont encore tout leur sens. C'est avec plaisir que je retrouve le vieux Damien.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer