Korine Côté brillante et très professionnelle

Korine Côté a fait preuve de beaucoup de... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Korine Côté a fait preuve de beaucoup de maîtrise sur la scène du Théâtre du cégep où elle présentait son premier spectacle solo vendredi soir dernier.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Un spectacle de Korine Côté, c'est l'antithèse des Morissette. L'humoriste se présente seule en scène avec pour seul accessoire un tabouret qui doit même se sentir bien seul par moment. Sans accessoire, sans autre appui qu'un micro, Korine Côté occupe généreusement la scène et la centaine de minute du spectacle qui offre le meilleur rapport qualité/fla-fla de l'industrie. Cette humoriste de la relève est sans doute assez connue puisque son spectacle, sans être à guichet fermé, a attiré plus de 400 spectateurs au Théâtre du cégep vendredi soir mais j'avoue que je ne la connaissais pas vraiment. J'irai plus loin: j'avais des doutes avant le spectacle. Or, c'est un des meilleurs que j'ai vu depuis un bon bout de temps.

Mon problème, c'est que je ne sais pas trop ce qui fait qu'elle est si bonne. D'accord, il y a les textes, excellents. D'un humour très imagé qui, j'en conviens, ne plaira peut-être pas à tout le monde mais moi, j'ai adoré. Elle a une façon tout à fait personnelle de rendre ses textes. Des attitudes, surtout. On peut déceler une parenté avec Cathy Gauthier à certains égards, dans le côté un peu masculin de la livraison, dans le style affirmé mais avec plus de nuances. L'humour est direct, les images fortes. Elle lance quelques vulgarités mais dose judicieusement pour que ça demeure un procédé efficace.

D'ailleurs, c'est peut-être là le terme qui en dit le plus sur son humour: il est efficace. Très. Ce n'est pas donné d'avance dans un spectacle qui ne compte pas de numéros à proprement parler mais qui se déroule en deux conversations continues interrompues par un entracte. La fille aborde un vaste horizon de sujets, tous banals et en s'attardant rarement bien longtemps.

Elle débute avec sa vision de l'émission de télé Les anges de la rénovation qu'elle pousse à l'absurde sans avoir à forcer particulièrement la note, l'émission étant en soi assez excessive. La conversation lui permettra de sauter sur des sujets comme le vocabulaire des agents immobiliers, la Coors Light (excellent numéro sur l'absurdité de leur marketing, particulièrement les gros goulots de leurs bouteilles), les antivols de voiture qui se déclenchent à tout moment, son voyage en Écosse marqué par le voyage en avion alors qu'elle occupait le dernier siège avant les toilettes, les Bed and Breakfast, les émissions de cuisine, etc.

Rien d'innovateur dans le propos, rigoureusement futile mais une intense dérision et une livraison riche et assez originale. Il y a une intelligence subtile dans les textes, une recherche. Pour parler de l'intense succion que font les toilettes de l'avion, elle dit qu'à chaque fois qu'on tire la chaîne, la toilette part avec un peu de votre âme. Ça me plaît.

Les prétextes à sa féroce ironie sont innombrables. La moindre bêtise nourrit la bête et, à l'occasion, ouvre la porte à de petits délires très réjouissants. L'aventure de sa mère qui magasine des souliers chez Winners est un petit bijou d'absurdité hallucinée. Si ses textes sont sa plus grande force, la pertinence de son observation n'est pas loin derrière mais c'est peut-être la particularité de sa livraison qui la distingue et constitue son atout majeur. Elle évite les clichés propres à tant de confrères adeptes de la technique du traditionnel stand-up.

Elle ne rit presque jamais ses blagues, sa gestuelle est distinctive, pertinente, inspirée, toujours claire et complètement assumée. Elle sait rythmer ses blagues et n'hésite pas à prendre de très, très longues pauses pour marquer une attitude. C'est du travail très professionnel et je n'ai pu m'empêcher de penser qu'il y a derrière tout ça, sobrement, beaucoup de travail et de réflexion. Au final, sur la scène, ne paraît que l'efficacité du procédé; c'est bon signe et tout à fait pleinement gratifiant pour le spectateur.

S'il faut résumer, le spectacle de Korine Côté a été une excellente surprise. Il est drôle d'un bout à l'autre et s'il ne génère pas de fou rire irrésistible, il fait rire de bon coeur et maintient le rythme sans temps mort. Mon show, c'est le titre, n'est que le premier de plusieurs spectacles solos qui attendent cette humoriste vraiment talentueuse dans les années à venir. Elle revient en novembre au même endroit. À cocher sur le calendrier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer