• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Les étudiants en théâtre visitent Les 8 péchés capitaux 

Les étudiants en théâtre visitent Les 8 péchés capitaux

Les étudiants du certificat en interprétation théâtrale de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les étudiants du certificat en interprétation théâtrale de l'Université du Québec à Trois-Rivières présenteront lundi, à 20 h, la pièce Les 8 péchés capitaux (éloges), selon une mise en scène de leur enseignante, la comédienne Sylvie-Catherine Beaudoin.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Linda Corbo
Linda Corbo
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les étudiants du certificat en interprétation théâtrale de l'Université du Québec à Trois-Rivières présenteront lundi, à 20 h, la pièce Les 8 péchés capitaux (éloges), selon une mise en scène de leur enseignante, la comédienne Sylvie-Catherine Beaudoin, bien connue du grand public pour ses rôles dans Mémoires vives et Les Poupées russes.

Pour souligner le 5e anniversaire du certificat en théâtre à l'UQTR, la représentation sera offerte gratuitement au public, à la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la culture. L'occasion sera belle d'y découvrir cette pièce qui est une oeuvre collective écrite par une panoplie d'auteurs québécois, et non les moindres. On parle ici des Michel Tremblay, René-Daniel Dubois, Michel Marc Bouchard, René-Richard Cyr, Larry Tremblay, Normand Canac-Marquis, Jean-François Caron et Lise Vaillancourt.

Cette comédie avait été créée en novembre 1997 pour souligner les 20 ans du Théâtre Petit à Petit. René-Richard Cyr et Claude Poissant avaient alors demandé à sept auteurs d'écrire des courts textes dramatiques à partir des sept péchés capitaux, auxquels ils ont ajouté un huitième péché, celui de l'acédie.

«Chacun traitait d'un péché en particulier, pour en faire la démonstration ou une dénonciation», observe la comédienne et chargée de cours Sylvie-Catherine Beaudoin. Quant au mot «éloges», qui accompagne le titre, il faut le prendre dans un autre sens, dit-elle. «Les auteurs soulignent plus au gros fer rouge les travers que nous avons tous.»

Quatorze acteurs débutants défendront cette pièce, soit les huit étudiants de la cinquième cohorte du certificat en interprétation théâtrale, auxquels se joindront six étudiants qui appartiennent au programme d'enseignement en arts. La troupe est complétée par les étudiants en scénographie, qui assureront tous les autres aspects du spectacle, que l'on parle d'habillage scénique, d'ambiance sonore, d'éclairages, de costumes, de maquillages et de coiffure.

La troupe travaille depuis janvier sur cette production, y consacrant beaucoup plus que les 45 heures prévues au programme. «Ils finissent avec à peu près 135 heures de travail», note Mme Beaudoin. «Je laisse beaucoup de latitude aux étudiants. Certains ont touché à la mise en scène avec moi, d'autres aux éclairages. Ils en ressortent avec une expérience complète.»

Le résultat sera présenté en une seule soirée, lundi. Pour les intéressés, notons qu'aucun siège ne sera réservé à la salle Anaïs-Allard-Rousseau. Ce sera donc premier arrivé, premier servi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer