• Le Nouvelliste > 
  • Arts 
  • > Une autre année déterminante pour le Festival d'été de Québec 

Une autre année déterminante pour le Festival d'été de Québec

Le directeur général du Festival d'été de Québec,... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général du Festival d'été de Québec, Daniel Gélinas.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ce n'est pas parce qu'il occupe la direction générale du Festival d'été de Québec que Daniel Gélinas en oublie la ville où il a fait ses premiers pas dans la gestion d'événements artistiques. De passage au Nouvelliste, il a parlé de l'édition 2015 du FEQ, du 9 au19 juillet, avec un enthousiasme rehaussé par de premières ventes de passeports très encourageantes.

«Lors des deux dernières éditions, on n'avait pas écoulé tous nos passeports mais on en avait quand même vendu 140 000 sur les 150 000 disponibles, analyse-t-il. Est-ce qu'on y arrivera en 2015? Je crois fermement que oui. Le vrai défi commence samedi alors avec la vente régulière des passeports. Je n'ai pas de doute sur le succès mais allons-nous tout vendre? Est-ce que le budget supplémentaire de 3 millions $ pour la programmation va avoir l'effet désiré? On verra.»

L'avantage incontestable du Festival d'été de Québec, c'est la scène des plaines d'Abraham. «Avant mon arrivée au FEQ, les organisateurs estimaient l'espace trop vaste. Mon approche, c'est que si je peux aller chercher du contenu très attractif, la grandeur du terrain fait que je n'ai presque pas de limite. On a donc travaillé à aller chercher le maximum de contenu, ce qui permet de vendre plus ou moins 150 000 passeports. On génère ainsi assez de revenus pour assurer constamment une programmation de haut niveau. Notre structure particulière nous permet d'aller chercher des spectacles que même le Colisée ne peut se permettre.»

«Comme mes ventes globales sont très élevées, je peux garder le prix des billets à un niveau raisonnable. Beaucoup de nos fidèles ne voient pas d'autres spectacles au cours de l'année. Le FEQ, c'est leur accès à des spectacles musicaux dans tous les styles. L'autre avantage de notre événement, en plus des Plaines, c'est de ne pas être associé à un créneau musical particulier. La tendance mondiale démontre que les événements ciblés déclinent mais les événements multigenres comme nous, gagnent en popularité.»

La programmation de l'édition 2015 sera évidemment marquée par la présence des Rolling Stones le 15 juillet pourtant, le dg est surpris de constater que d'autres artistes ont un impact majeur sur le public. «Foo Fighters fait l'objet d'un phénomène que j'ai vu venir l'automne dernier: depuis leur dernier album, ils ont touché un niveau de popularité encore jamais atteint. Quand on a annoncé leur venue, les réactions ont été folles. Le Journal de Québec a fait un sondage sur ce que les gens viendraient voir cet été et les Foo Fighters sont passés devant les Stones. Ça ne m'étonne même pas à la lumière de ce que j'ai vu ces derniers mois. Ils jouent un rôle aussi important que les Stones dans la vente de billets présentement.»

«Avoir les Stones est une chance inouïe, poursuit le directeur général. Ils ont fait six festivals seulement dans toute leur histoire et deux dans les quinze dernières années: Glastonbury et Rock in Rio, les deux plus gros au monde. Qu'ils aient accepté de faire partie du nôtre, c'est la preuve que le nom de notre festival est vraiment très puissant. En plus, ce sont eux qui nous ont approchés. Ce qu'on cherche ainsi, c'est d'améliorer le branding du FEQ.»

AC/DC aussi sera à Québec cet été, sur les Plaines, mais le 28 août. Ils n'étaient pas disponibles pendant la tenue du festival mais compte tenu de la demande soutenue du public pour ce groupe, la direction a accepté de présenter leur spectacle en billetterie en partenariat avec evenko et Live Nation pour partager le risque. Les 45 000 billets se vendent bien mais on n'a pas encore tout écoulé.

Pour Daniel Gélinas, l'avenir de son événement passe par un développement en-dehors de la région de Québec.

«C'est encore une année déterminante. La prochaine étape, c'est de vendre plus de passeports à des gros amateurs de musique venant de partout en province et même à l'extérieur. Il me faut fidéliser cette nouvelle clientèle. L'attrait des Stones et des Foo Fighters va attirer ces gens-là et on est confiant que quand ils vont découvrir l'ambiance, ils vont vouloir revenir à chaque année.»

Il se vend environ 3000 passeports annuellement dans la région trifluvienne. Daniel Gélinas est convaincu qu'il peut en vendre davantage au même titre que du côté de Drummondville, du Bas-Saint-Laurent ou du Saguenay, etc. Pour les intéressés, la programmation complète de l'événement est disponible sur www.infofestival.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer