Les Morissette: l'humour comme une impeccable machine

Véronique Cloutier et Louis Morissette présentaient jeudi la... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Véronique Cloutier et Louis Morissette présentaient jeudi la première de trois représentations de leur spectacle Les Morissette à la salle Thompson.

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIERES) Avec tout le battage médiatique qui a entouré le spectacle des Morissette depuis sa première officielle à l'automne, on a eu un peu l'impression d'avoir assisté à un événement jeudi soir à la salle Thompson. Ce spectacle remplit-il ses promesses? Oui. Parce qu'il n'a jamais promis de révolutionner le genre non plus que d'offrir autre chose qu'un honnête divertissement.

C'est sur le ton de l'ironie que le spectacle s'ouvre avec la modeste entrée en scène de Louis Morissette qui précède de quelques minutes la fracassante arrivée de Véro dans un déluge d'effets spéciaux, de décibels et d'acclamations du public. C'est sur le ton de l'ironie que le couple a engagé et maintenu les fausses hostilités en partant du principe que Véro est la star du couple et Louis, le faire-valoir. En bout de ligne, après 105 minutes de spectacle sans entracte, il apparaissait quand même que Les Morissette est vraiment le spectacle de Véro.

Elle se révèle particulièrement à l'aise, douée pour la scène comme elle l'est pour beaucoup d autres choses. C'est elle qui étonne grâce à quelques numéros où elle s'éclate. On pense forcément au numéro de danse final mais aussi à quelques envolées: celle où elle pète un plomb sur les fêtes d'enfant qui la rendent folle, celle où elle répond à son mari sur la supposée passivité sexuelle des femmes, celle où elle imite ses enfants sur un high de sucre au retour d'un séjour chez leurs grands-parents. Véro se défonce.

Elle est également impeccable par son attitude et ses mimiques lors des simples dialogues vitrioliques avec son partenaire. De Louis Morissette, formé à la scène depuis longtemps, on s'y attendait et il fait très bien son travail. Véro, elle, surprend, en lui tenant tête.

Évidemment, elle travaille à partir d'une partition extrêmement bien réglée. Les textes sont solides, parsemés de répliques particulièrement incisives et percutantes. Quelques sketches s'insèrent pour donner du rythme au spectacle et offrent quelques-uns des meilleurs moments de la soirée. Véro qui offre un cours sur les méthodes féminines d'auto-défense dans les discussions de couple ou la Commission Véro qui illustre un interrogatoire en règle de Louis rentré trop tard d'une partie de hockey avec ses chums, c'est très efficace. Ça nous évite quelques longueurs vers lesquelles tendent les dialogues offerts la traditionnelle formule stand-up.

Je dois avouer que le public m'a personnellement paru un peu mou pour cette première. Moins fébrile que ce à quoi je m'attendais. Dans un numéro où le couple vedette a interrogé le public sur la fréquence de leurs rapports sexuels, on a senti que les deux pédalaient un peu sur la scène pour susciter des réponses en provenance de la salle. D'accord, le sujet est délicat, mais je me serais attendu à un peu plus d'enthousiasme.

Les gens ont ri, bien sûr, mais le spectacle n'offre aucune séquence pour faire rire aux éclats ou suffisamment longtemps pour rater le gag suivant. Ce sont de petites touches, des répliques, essentiellement, qui font rire de façon régulière tout au long de la prestation. Je doute que quiconque dans la salle ait regretté sa soirée.

La chose a été répétée d'une critique à l'autre depuis la première médiatique de l'automne dernier: il s'agit d'un spectacle de couple par un couple, pour des couples. Le sujet est loin d'être nouveau et on ne peut pas dire que Louis et Véro renouvellent quoi que ce soit ni dans le propos, ni dans la façon de l'aborder.

Certaines séquences manquent d'éclat mais d'autres, celle de l'appel par Skype à la maison, par exemple, sont particulièrement réussies.

La mise en scène est solide, et même spectaculaire par moments, les textes sont solides, les interprètes sont solides, la technique est solide aussi.

Le spectacle Les Morissette est un bon divertissement sans autre prétention qui, à défaut d'être original, a le mérite indéniable d'être présenté de façon très professionnelle. La majorité des gens n'en demandent pas davantage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer